Bienvenue

Forum RPG Pokémon. Pas d'âge limite mais potentiel contenu mature. Personnalisation poussée avec les shinies et les Fakemon.

Liens utiles

Effectifs

Progressus x ... membre(s)
Mirabilis x ... membre(s)
Civils x ... membre(s)
Pokémon x ... membre(s)

Rumeurs

♦ Nous sommes en hiver !
Il semblerait que les boulangers d'Oniria soient vraiment tentés de rejoindre la Fondation Progressus... Affaire à suivre.

Membres du mois

Code par MV/Shoki - Never Utopia
1 2 3
Pokémon OveRevolution
Bienvenue sur le forum d'OveR ! Forum RPG basé sur l'univers de Pokémon qui se veut très permissif. Shiny, couleurs anormales, Fakemon... On peut jouer des Pokémon, des légendaires ou des humains !



 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Autre part [66.6% | Rei S. Kansuke]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Rei S. Kansuke
avatar
Messages : 3
Date d'inscription : 30/06/2017
Dévoiler le secret
Revenir en haut Aller en bas
Autre part [66.6% | Rei S. Kansuke]
Jeu 29 Mar - 23:59
Rei Shisui Kansuke
« J'ai des aiguilles dans le cœur, s'il s’arrêtait de battre ça ferait moins mal »
AVATAR ▬ Kansuke Yamato – Détective Conan.
SURNOM ▬ Inconnu.
NATIONALITÉ ▬ Oniria.
ÂGE ▬ 37 ans né le 21 décembre.
SITUATION CONJUGALE ▬ Veuf.
SITUATION FAMILIALE ▬ Deux frères ainés.
CARNATION ▬ Mate.
TAILLE ▬ 1.97 mètre.
CORPULENCE ▬ Musclé, 83 kilogrammes.
CHEVEUX ▬ Châtains longs et denses, parfois tressés à l'africaine.
COULEUR IRIS ▬ Céladon.
SIGNES DISTINCTIF ▬ Cicatrice en X sur son œil gauche qui est aveugle & jambe gauche en partie en fer.
GROUPE ▬ Neutre.
RANG ▬ Jésus.
SPÉCIALITÉ ▬ Dresseur.
Je pense donc je suis

Ecrivez ici le caractère de votre personnage. Racontez ses peurs et ses désirs, ses rêves. Sa couleur préférée, son type de Pokémon préféré... Pourquoi fait-il son métier, est-ce qu'il aime le sucré-salé ? En bref, tout ce qui permet de comprendre la psychologie de votre personnage. ATTENTION ! Cinq lignes complètes minimum exigées.

Ma représentation physique

Ecrivez ici le physique de votre personnage. Sa couleur de cheveux, la forme de ses yeux... Est-il petit ou grand, mince ou enrobé ? Parlez également de son style vestimentaire. S'il a des tatouages ou autres choses esthétiques, n'hésitez pas à décrire. ATTENTION ! Cinq lignes complètes minimum exigées.

Comment j'en suis arrivé là...

Tu es un enfant d’Oniria. Tes parents furent parmi les premiers colons de la région, ils sont arrivés dès 2017. D’ailleurs, ils faisaient partis du cercle des fondateurs, qui se font appelé l’orde d’Hxyz d’une organisation secrète d’Oniria. On pourrait comparer cela à une sorte de Franc-Maçonnerie mais dans Pokémon. Cette institution était d’ailleurs naguère qu’une branche de l’ordre de Mirabilis, mais ils s’en sont séparé il y a à peu près un quart de siècle.

Tu es né en 2037 et tu as été précédé en 2023 et en 2030 par deux frères. Le premier Hyaku (Shisue) – dont la signification est cent – est devenu médecin comme ta mère, le second Juu (Shisei) – dont la signification est dix – est devenu juge comme ton père. Alors que toi, Rei – dont la signification est zéro, l’aboutissement en quelque sorte – tu es devenu enquêteur dans la police. Tu étais beaucoup moins dociles que tes deux autres frères et tes parents t’ont reproché et fait subir cela pendant longtemps. Jusqu’à ce que tu résolves une importante enquête de meurtre en série, très médiatisé sur Oniria, alors que tu n’étais qu’un jeune enquêteur. Ce jour-là, a été le déclic pour que tu sois enfin reconnu à ta juste valeur.

Tu as vécu une enfance assez basique. Ton caractère a fait que tes parents te réprimandaient souvent. Dans ton quartier, il y avait une fille qui allait dans la même école que toi, elle s’appelait Léonore. Tu as vite sympathisé avec elle. En fait, vous aviez tout deux assez peu d’amis, car tu étais une forte tête et elle qui était plutôt du genre garçon manqué était un peu comme toi. Vous avez souvent été puni ensemble, et cela vous a vite rapproché. Tout le monde a fini par vous appelez « les amoureux » mais vous n’aimiez pas cela, vous ne vous voyiez pas comme tel.

Un beau jour, Léonore t’a dit qu’elle déménageait dans une autre région. Ce fut un coup dur pour toi, tu te retrouveras un peu seul par la suite. L’été suivant, Léonore t’invita dans sa nouvelle maison, dans la région où ses parents étaient partis s’installer, Alola. Tes parents étaient on ne peut plus réticent, mais les parents de Léonore avaient réussi à les convaincre. Tu arrivas donc pour un mois, dans la région d’Alola sur l’île de Mele-Mele. C’est pendant ses vacances que Léonore et toi avaient chacun capturé votre premier pokémon, tous les deux un rocabot. Ce pokémon ne vous a pas rendu plus docile auprès de vos parents, mais il vous a assagi. Vous avez gardé un contact régulier avec Léonore grâce aux nouvelles technologies. Malgré cela vous vous êtes perdu de vue peu à peu au fil des années après votre majorité.

Les années ont vite défilée et tu es devenu inspecteur de police. Tu as gravis les échelons et tu es devenu lieutenant. Ton sens tout particulier de la déduction, t’as propulsé parmi l’élite des enquêteurs. C’est pour cela d’ailleurs qu’alors que tu n’étais encore qu’âgé de 23ans, que tu as été envoyé dans la région d’Alola sur l’île d’Ula-Ula, pour une enquête. Évidemment à la suite de celle-ci, tu as voulu rendre une visite surprise à Léonore, à Akala, car tu savais qu’elle avait changé d’île depuis le temps. Mais tu n’as rencontré que sa mère, ses parents s’étaient séparés. Elle t’indiqua que Léonore était récemment retournée sur Oniria, pour son travail, elle était devenue psychologue apparemment. Sa mère te cachait quelque chose, c’était sûr. Avait-elle quelqu’un dans sa vie ? C’est là que tu te rendis compte que depuis toutes ses années, tu étais toujours fol amoureux d’elle.

Cela t’a fait choc… Léonore, elle, n’avait même pas pensé à venir te voir, ce n’était sans doute pas réciproque après tout. Ce soir-là, tu as écumé tous les bars d’Akala. Plus rien ne comptait. Tu avais même envoyé tout tes pokémon au PC pour être tranquille… Au petit matin, tu t’es réveillé dans un hôtel miteux, avec la pire cuite de toute ta vie. En tenue d’Adam, tu avais visiblement partagé ton lit avec quelqu’un, mais qui n’était plus là lorsque tu t’es réveillé. La moitié de tes habits n’étaient même plus là, tu te sentais si humilié… Ce jour-là, en récupérant tes pokémons, tu te fis le serment que jamais plus tu ne boirais.

De retour à Oniria, tu as appris que tu allais avoir une nouvelle collègue. Quand tu l’as vu le lendemain... Cela t’a de nouveau fait un choc. Oui, c’était bien elle, en chair et en os, Léonore. Elle était psychologue profileuse pour les services de criminologie et spécialiste du syndrome post-traumatique. Elle avait été détaché ici, afin d’assister les inspecteurs dans leur enquête, et de fournir un soutien psychologique si nécessaire à ceux-là. Voilà finalement ce que te cachait sa mère, elle voulait te faire une surprise… Le soir même vous avez échangé votre premier baisé, le premier d’une longue série. Quatre années plus tard, vous vous êtes marié. Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes.
Vous n’étiez pas les seuls à vous aimer. Kan ton rocabot, devenu Lougaroc nocturne, et Lun sa rocabot, devenue Lougaroc diurne, filaient eux aussi le parfait d’amour. En 2071 un drame, a entrainé un enchaînement d’autre drame, qui t’a fait devenir ce que tu es aujourd’hui. Les crises politiques que connaissaient la région d’Oniria n’y étaient pourtant pour rien. Non…

Le drame s’est déroulé lors d’un orage. Léonore et sa Lougaroc se sont dépêchées de rentrer à la maison afin de fermer les lucarnes du toit. Lorsque la foudre a frappée. Elles s’étaient partagés les lucarnes, et se fut Lun qui fut touché par la foudre. Elle mourut sur le coup, brutalement foudroyée. Léonore n’avait entendu qu’un grand claquement dans la pièce à côté. Quand elle arriva dans la pièce, elle ne comprit pas. Elle pensa que sa Lougaroc était tombée en arrière. Il est vrai que pour un pokémon plutôt quadrupède, ce n’était pas forcément aisé. Elle courut vers sa Pokémon au sol et elle la toucha pour voir ce qu’il se passait. C’est alors qu’une puissante décharge la parcourue et son cœur à elle aussi s’arrêta de battre instantanément.

Cinq heures plus tard, en rentrant chez toi, tu découvris avec Kan les deux corps sans vie… Vous mourûtes simultanément de l’intérieur. Ton pauvre Kan devint alors totalement fou, s’en prenant sans distinction à tout ce qui l’entourait. Cette nuit fut la plus longue de ta vie. Kan détruisit des murs de la maison, avant de sortir dans le jardin pour continuer la destruction. Tu tentas de le faire revenir dans sa pokéball, mais il l’explosa littéralement. Les dégâts causés par la Team Penduluum sur l’un des pilonnes du Power break n’arrangèrent rien. Il s’acharnait à faire des lames de rocs et des pièges de rocs dans les alentours. En un coup il avait détruit la cabane au fond du jardin. Tu fonças sur lui pour le contenir, il voulait s’en prendre à la maison des voisins, rien ne pouvait l’arrêter, il aurait pu détruire le quartier, tuer des gens, il avait perdu la raison.
Il écrasa ta jambe gauche avec une de ses attaques. La douleur était atroce, tu hurlais assez silencieusement. Les voisins avaient déjà du avertir les autorités, mais il n’y avait plus de temps à perdre, il allait s’en prendre à ces maisons. Il allait tuer. Tu tentas une sommation avec ton arme, tu étais étendu sur le sol, tu tentais de te redresser malgré ta jambe broyée. La deuxième sommation, la troisième, rien, tu visas alors un point non-vital, il se retourna vers toi, lançant un énième piège de rocs vers toi. Tu esquivas juste à temps, ou presque, la douleur t’avait ralenti, deux petites pierres arrivées sur ton visage et glissèrent dessus alors que ton mouvement d’esquive n’était pas terminée. Trop tard. Ton œil gauche venait d’être balafré à tout jamais, cette douleur… Kan se rapprochait de toi, il voulait en finir ? Après tout, peut-être que s’était mieux ainsi, tu attendis le dernier moment, celui où il commença son attaque contre toi, à même pas un mètre. Vous alliez mourir tous les deux, sous les coups de l’autre, cette nuit l’orage. Le grondement du tonnerre au-dessus de vos têtes. Le lougaroc hurla à la mort il était en train de lancer son attaque, c’était le moment, tu tiras, en plein cœur. Tu espérais de tout te force mourir aussi de son attaque, de sa main. Un drame, un carnage la mort pour tous au bout du chemin, fin de l’histoire.

Oui mais non, la vie n’est jamais aussi simple, un mois plus tard, dans ton lit d’hôpital, tu émergeais, la conscience embrumée par ce cauchemar. Tout cela s’était-il vraiment passé ? Sur la table de nuit, juste à côté de toi, des pokéballs, les tiennes. Celles de tes autres Pokémons, si seulement tu les avais eus ce soir-là... Quel soir ? Les souvenirs t’assaillirent, les douleurs aussi. Pas du corps, non, tu avais sans doute trop de calmants pour ça, mais ceux de l’esprit oui. Ceux qui te bouffent et te tue tout autant que les autres. Lors des visites de tes proches à l’hôpital, tu ne parlais pas…. Si. Un jour, tu te décidas, tu étais seul avec tes frères, tu leurs montras les pokéballs sur ta table de chevet. Tu n’en voulais plus. Jamais tu ne pourrais assumer. Ils devaient les donner dans une pension, un refuge, les garder pour eux, peu t’importait, il fallait qu’ils disparaissent.

Tes frères se les partagèrent mais tout ne se passa pas comme prévu. Âme, ton Maskadra s’échappa de sa pokéball. Il ne voulait pas de cette nouvelle vie. Il retrouvait sans cesse le chemin de l’hôpital, et celui de ta chambre pour venir te hanter. Il ne voulait pas t’abandonner. Et chaque fois tu le renvoyais. Et chaque il revenait. Tu pris conscience de tout cela, qu’il ne t’en voulait pas, mais toi t’en voulait trop pour pouvoir faire quoi que ce soit. Un jour Âme manigança avec tes frères et revint de voir avec un sac contenant toutes tes pokéballs. Tu n’avais plus la force de leur refuser leur amour. Et tu les acceptas de nouveau par défaut, malgré ta culpabilité.

Ton visage dans le miroir était déformé. Par cette cicatrice sur ton œil gauche qui ne reverrait jamais. Encore un signe à vie qui t’empêcherait d’oublier. Comme si tu l’aurais pu de toute façon… C’était ridicule. Ton corps dans le miroir était torturé. Par cette jambe à moitié en fer auquel tu devais t’accommoder. Direction, Chronocity, en dehors du temps, la clinique de rééducation, six mois s’était écoulé, bientôt, à la vie tu devrais retourner… Pas plus triste sort. D’autant que les tourments d’Oniria n’avaient pas cessés. D’autres morts, d’autres guerres… Toi tu n’en avais rien à faire. Encore temps de temps à tirer dans cette clinique, tu n’en pouvais plus. Tu étais redevenu l’enfant du passé. Celui qui n’écoutait rien, n’en faisait qu’à sa tête. Celui qui ne connaissait pas encore l’amour de Léonore, de Kan, de Lun. Pourtant, ces trois vies étaient en toi désormais, et ce à jamais…

Tu regardais le calendrier devant ton lit. Plus qu’un tout petit mois, et enfin la liberté. Hyaku et Juu avaient un cadeau pour toi en ce jour. Ils t’emmenèrent à l’aérodrome. C’était un lieu que tu appréciais particulièrement. Ton brevet de pilote, ça pour sûr tu l’avais, tu avais passé tellement de ton temps libre à voler au-dessus d’Oniria avec Léonore, Kan et Lun… Tu n’aurais su dire si cette sortie t’avait fait du bien ou non lors de ton retour à la clinique. Tes deux frères avaient cependant un autre présent pour toi… Un nouveau pokémon. Il était d’une espèce très rare, d’un temps oublié. Parfois appelé pokémon fossile. L’espèce avait été recréée à partir de l’adn d’une dent de sabre fossilisée. Tu n’étais pas vraiment d’accord, mais tu n’eues pas vraiment le choix. Une fois la boule de poil libéré… Cette dernière n’eut d’yeux que pour toi. Ce petit mâle, tu l’appelas Raimei, le « coup de tonnerre » ; c’était un choix particulièrement symbolique pour toi, mais tu refusais d’en parler.
Puis vînt enfin le jour de la délivrance, celui où tu allais retourner à la vie normale. Seulement, personne ne te trouva dans la chambre de la clinique, tu étais partie, tel un fantôme. C’était la vie que tu comptais mener désormais. Vivant de tes économies, et de peu, tu allais choisir une vie de bohémien. Tu avais fait le nécessaire pour ne plus être embêté. Tu donnais bien des nouvelles à tes proches, mais c’était tout, et ainsi deux dernières années nous séparant du présent s’écoulèrent.

———————

Mais qui pouvait bien être cet homme devant cette maison abandonnée. Il ressemblait à un vagabond ou à un mendiant. Finalement, il ne déteignait pas avec cette maison. En effet, aussi étrange que cela puisse paraitre, un immense ginkgo biloba était en train de pousser en son cœur, mais ce n’était pas tout. C’était sans compter les innombrables ramages d’une immense glycine. Celle-ci avait depuis longtemps repris les droits sur cette maison qu’on disait hantée, car la nuit, d’étrange bruit en provenait. Certain disaient même que la musique en provenait parfois. Les vitres étaient pour la plupart brisées, et la nature possédait désormais totalement l’endroit. Pour jamais cette maison n’avait semblée squattée. Les rumeurs avaient-elles suffit à faire fuir ceux intéressés par ce genre d’activité ? Non. La vérité était tout autre. En réalité, personne n’y avait accès. Le grillage et le haut portail en fer forgé de l’entrée, était tout comme la maison, envahit, et même scellé par la puissante glycine. Seul un petit portillon demeurait sur le côté de la maison auprès d’un autre arbre immense. Il semblait lui aussi infranchissable…. Et pourtant. La nuit était tombée. Plus personne ne prêtait attention à ce mendiant, ce fantôme. Celui-ci c’était approché du grand portail de l’entrée ou plus précisément, d’un des piliers. Après avoir poussé quelque branche, et gratter un peu, il repartit le long de la maison pour la contourner… Puis plus rien. Plus personne. Comment était-ce possible ?... Peu après dans la soirée, les oreilles les plus attentives saurait l’entendre… Cette douce mélodie… Comme si cette maison jouait du piano… On aurait pu croire qu’elle provenait… D’un autre monde… Oui, elle venait simplement, d’autre part…

Qui je suis vraiment
CHEMIN ▬ Les voies du seigneur sont impénétrables.
CODE VALIDATION ▬ Béquille.
PSEUDO HABITUEL + ÂGE ▬ Laser Circus 121 ans.
JEU PRIVILEGIE ▬ Mixte.
COMMENTAIRES ▬ Je vous aime putain.
Voir le profil de l'utilisateur
Autre part [66.6% | Rei S. Kansuke]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» " - Mis à part ça, tu fais autre chose dans la vie ? "
» Pourquoi une " race " plutot qu'une autre?
» UN AUTRE CAS D'USAGE DE FAUX ! SENBLE JUDE CELESTIN PA INGENIEUR VRE !
» Départ non réfléchi et vite regrété.
» Une Etoile s'éteint, une autre renait... [Mort d'Etoile de Satin, Ceux qui veulent lui rendre hommage]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon OveRevolution :: Zone RPG :: Les Fiches-