Pokémon OveRevolution
Bienvenue sur le forum d'ORE ! Forum RPG basé sur l'univers de Pokémon qui se veut très permissif. Shiny, couleurs anormales, Fakemon... On peut jouer des Pokémon, des légendaires ou des humains !



 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Coopérer ou mourir, il faut choisir [500]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Lieux RP: Arc-En-Polis :: Zone Résidentielle
avatar

Identité
Rang: Admin Pendulum
Inventaire:
Equipe:
Admin Pendulum
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 44
Date d'inscription : 11/04/2017
MessageSujet: Coopérer ou mourir, il faut choisir [500] Lun 15 Mai - 17:35
Coopérer ou mourir, il faut choisirThe Fox relu une dernière fois les messages qu'il avait échangé avec le mystérieux hacker qui s'était introduit dans leur système il y a quelques jours. Un événement qui avait été loin de plaire à la Team Pendulum, qui étrangement (non) n'aimait pas trop qu'on fouille dans ses documents, surtout concernant certaines informations classées top-secrètes. Le blanc avait commencé par reprocher à leur experts informatiques leur sécurité insuffisante et leur manque de professionnalisme. Cette attaque n'aurait jamais dû avoir eu lieu, leurs informations étaient bien trop importantes pour qu'on fasse n'importe quoi avec. Cela dit, les sbires avaient eu de la chance d'avoir réussi à retracer cellui qui les avaient attaqués, sans ça la colère de l'Admin aurait été encore plus grande, et personne ne voulait voir ça. C'était donc avec une certaine fierté non dissimulée qu'on lui avait annoncé que le pirate avait été retrouvé, qu'on avait une adresse et même un numéro de téléphone. Ça leur avait pris toutes la nuit, mais les personnes travaillant sur cet incident avaient finalement réussi à avoir de quoi satisfaire leur supérieur, et s'éviter des sanctions.

Le jeune homme n'avait pas hésité un seul instant avant de contacter le hacker, lui demandant tout simplement de se rendre à un rendez-vous, heure, date et lieu fixé par lui, afin qu'ils puissent « discuter. » Il va sans dire que le destinataire ne pouvait pas vraiment refuser, ou s'il le faisait, c'était à ses risques et périls (et le SMS en question était suffisamment clair pour sentir la menace qui planait sur 500).
500, oui... car en réalité, The Fox n'en savait pas bien plus sur cette personne. Certes il avait été retracé, pour autant, l'inconnue était suffisamment douée pour avoir dissimulé quoi que ce soit à son sujet. « Elle » car la hackeuse s'était genrée au féminin dans sa réponse.
Le message que le blanc avait envoyé pouvait cependant laisser croire qu'il en savait bien plus, même si ce n'était pas vrai. Cela dit, il comptait sur l'effet de surprise qu'avait sans doute (il l'espérait) provoqué ce message. La menace elle était réelle, et il va sans dire que notre Renard aurait mis tout en œuvre pour retrouver 500 si celle-ci avait refusé de venir. Fort heureusement, elle avait répondu positivement à l'invitation.

« Allons-y. » avait-il dit brièvement, à l'attention des trois sbires qui l'accompagnait.

Il n'avait guère besoin de plus, car il doutait fortement que 500 lui ai tendue un piège. Au pire, il lui restait toujours son équipe, et ses propres talents de combattants, bien qu'il ne s'imaginait pas vraiment y avoir recours.
Parlant de son équipe d'ailleurs, son Zoroark se trouvait à ses côtés. Comme souvent, il avait prévu de prendre une apparence humaine pour apparaître devant 500. Il semblait beaucoup affectionner cette illusion, d’ailleurs pendant longtemps, certains sbires croyaient qu'ils s'agissait d'un autre Admin de la Team. Sans compter les fois ou le grand renard prenait l'apparence de son dresseur pour terroriser les jeunes recrues, bien qu'il n'ai jamais réussi à imiter totalement sa voix, et malgré l'interdiction formelle du blanc de le faire.

Le lieu de rendez-vous qui avait été donné à 500 n'était absolument pas celui de leur planque. The Fox comptait bien garder cette information secrète, aussi il avait donné rendez-vous à la hacker devant une maison quelconque. Dès que la jeune fille arriverait, deux sbires s'occuperaient de l'enlever et de l'endormir avec leur Pokemon, puis de l'emmener dans la vraie planque, cette fois-ci, sans qu'elle sache pour autant l'endroit où elle se trouvait.

The Fox se rendit donc à l'endroit concerné. Il s'agissait d'un vieil appartement dans une petite ruelle. Les stores avaient été baissés afin que leur captive ne puisse pas prendre de points de repères sur l'extérieur. L'intérieur, lui était sobre et gris. Un canapé et des fauteuils usés, une table basse écaillée, une chaise avec un bureau qui devait dater d'au moins 30 ans, un éclairage qui ne correspondait sûrement pas aux normes de sécurité, une arrivée en eau colérique, pas de chauffage, mais surtout, un réseau téléphonique et internet inexistant.

« Ça pue ici. »

L'Admin Pendulum releva la tête vers un jeune homme aux cheveux noirs et rouges. Son Zoroark, qui avait pris apparence humaine, visiblement rien que pour son plaindre de l'odeur qui régnait sur les lieux.

« Rentre dans ta Pokeball si ça ne te plaît pas. Et ne gaspille pas ton Talent à dire des choses inutiles. »

L'illusion leva les yeux au ciel mais n'ajouta rien. S'il voulait tenir face à 500, il valait mieux qu'il se préserve. Ainsi, il décida de reprendre son apparence Pokemonesque jusqu'à l'arrivée de leur « invitée » qui ne tarda d'ailleurs pas, et qui fut traînée à l'intérieur de la salle puis assise sur une chaise. Elle devait être encore somnolente et tout juste en train de se réveillée, une double attaque Hypnose l'ayant endormie le temps du trajet. On lui retira le bandeau noir qu'elle portait sur les yeux, et on positionna la chaise de sorte à ce qu'elle fasse face au fauteuil dans lequel était assis le Renard. Le Zoroark en profita pour recouvrir son Illusion humaine, tentant de se donner l'air le plus effrayant possible.

« Bonjour... Mademoiselle 500. Merci d'avoir répondu positivement à notre invitation. »

Elle devait avoir son âge à peu près, du moins c'est ce qu'il en déduisait à la vue de son visage. Il la fixa, attendant quelques secondes qu'elle réalise où elle se trouvait, et surtout, qu'elle était attachée au dossier de la chaise par les poignets, prévenant toute tentative de fuite ou de saisie de Pokeball.

« Veuillez nous excuser pour nos méthodes quelque peu brutales... mais nous nous devons de prendre des précautions. »


Il ne s'excusait pas réellement, il se fichait bien de savoir comment se portait son interlocutrice, si elle était blessée ou non, pour l'instant, tout ce qu'il voyait, c'était une hacker qui avait tenté de leur voler des données, et ça ne lui plaisait pas vraiment.

« Alors, dites-moi, et je vous conseille de me répondre. Vous as-t-on engagée pour voler nos informations ? Si oui, qui ? »

© CRIMSON DAY
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Identité
Rang: Criminelle solo
Inventaire: ///
Equipe:
Criminel Solo
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 42
Date d'inscription : 04/11/2016
MessageSujet: Re: Coopérer ou mourir, il faut choisir [500] Mar 16 Mai - 13:44
Coopérer ou mourir.. j'ai vraiment le choix ?

ft.

« Bordel de merde. » était sans doute le moyen le plus efficace de résumer la situation.

Ce n'est pas simplement qu'elle avait fait une erreur. C'est qu'elle devait avoir fait une erreur monumentale pour permettre qu'on remarque son intrusion et remonte à son numéro professionnel. Surtout que tracer le téléphone pour lui tomber dessus était certainement à la portée de n'importe-qui, maintenant qu'ils l'avaient en ligne de mire. La brune gronda de mécontentement en re-serrant le scratch de ses gants de combat. Ils avaient parlé de 'discuter', mais au ton employé par ce renard, elle doutait qu'ils aient une définition pacifique du terme. Ce rendez-vous sentait honnêtement le piège à plein nez, mais ce n'est pas comme si elle avait réellement le choix.

Au départ elle avait appelé Chess et Riddle, avec dans la voix un rire légèrement plus nerveux qu'à l'accoutumée, prétextant que le premier Avril était passé et qu'ils avaient des goûts merdiques niveau farces. Mais quand les deux hackers lui avaient signifié (plus ou moins poliment) qu'ils ne voyaient pas de quoi elle parlait et devrait les laisser bosser, 500 avait peiné à retenir l'appréhension de faire trembler sa voix.

Ou bien était-ce de l'excitation ?
Ca n'aurait rien de nouveau
Elle et son amour pour le chaos

A vrai dire, elle pourrait s'arranger pour disparaître. Elle pourrait faire remonter des dettes qu'ont certaines personnes plus ou moins honnêtes envers elle et disparaitre physiquement en plus de virtuellement. Oniria n'entendrait plus jamais parler d'elle. Trouver des criminels (ou même "d'honnêtes entrepreneurs") ayant besoin de ses services ailleurs ne devrait pas être la mer à boire.

Mais avec les Pendulum sur le dos, elle ne savait pas trop à quoi s'attendre. Elle ne connaissait pas exactement leurs méthodes, leur degré de violence, leurs pièges les plus récurrents, jusqu'où ils pourraient aller pour lui faire payer cet 'affront'. Raison pour laquelle la kalosienne s'était avisée de fouilleur dans leurs fichiers. Elle avait bossé avec les Flare et les Rocket avant tout. D'ailleurs, ces derniers lui avaient laissé un bon paquet de cicatrices, elle ne se pensait plus capable d'avoir peur de la douleur à l'avenir.

A l'approche du lieu de rendez-vous, elle laissa Fluff partir devant. La Fouinard ne savait pas se battre, mais elle lui avait toujours servi sans rechigner pour les reconnaissances. Même si certaines choses lui échappaient, c'était toujours un peu rassurant de savoir que son Pokémon avait fait un tour avant elle. Parce que la hacker avait beau être légère les trois quarts du temps et irrévérencieuse le quart restant, elle savait prendre des précautions quand ses plans étaient sérieux.

« Rien ? » murmura-t-elle en s'agenouillant à la hauteur du Pokémon

La peluche secoua la tête avec un air confus sur le museau. Sans doute s'attendait-elle à flairer des explosifs, du sang, un truc dans le genre. Un truc qui crierait "rappelle-le et explique-lui que ton idée de 'discuter' n'implique pas ta mort imminente". Ca lui aurait presque plu de tomber sur quelque-chose comme ça. Mais la brune se contenta d'un sourire faussement confiant, ramenant son Pokémon dans sa prison sphérique pour marcher vers l'adresse indiquée. La capuche de son sweat-shirt pastel dissimulait plus ou moins son visage, et ses mains enfoncées dans la poche kangourou empêchait de repérer ses gants, mais ça ne l'empêchait pas de surveiller prudemment les alentours.

En définitive, ça ne lui servit à rien.
Parce qu'à peine arrivée, le monde virait au noir.

C'est avec un mal de tête cinglant que 500 revint à la réalité. On lui avait bandé les yeux, ce qui lui fit venir à l'esprit plusieurs commentaires sur les kink chelou des Pendulum, mais sa bouche était trop pâteuse pour lui permettre des les formuler. Elle avala sa salive plusieurs fois tandis qu'on la déplaçait, prenant progressivement conscience du cran d'arrêt qui n'était plus dans sa poche et de ses mains attachées dans son dos. Au moins avait-on eu la décence de lui laisser une chaise. Parce qu'avec ce qu'ils avaient utilisé pour l'endormir, elle doutait de pouvoir tenir debout.

Un grondement mécontent roula dans sa gorge lorsqu'on lui retira le bandeau. L'endroit n'était pas excessivement lumineux, mais c'était déjà trop par rapport aux ténèbres dont elle sortait. Trop pour cette douleur qui lui vrillait le crâne. Elle se mordit néanmoins la langue, ravalant tout soupir pouvant s'apparenter à de la faiblesse et laissant ses lèvres se tordre progressivement en un sourire en coin. Mieux valait en rire qu'en pleurer. Elle prit quelques secondes pour graver dans son esprit ses deux interlocuteurs. Celui avec des cheveux blancs devait être The Fox, et l'autre.. l'autre la fixait d'un air qui se voulait tellement intimidant qu'elle fut incapable de ne pas lui adresser un clin d'oeil.

Bien essayé, mais il lui en fallait plus que ça pour perdre ses moyens.

Mais ses yeux dorés glissèrent immédiatement sur l'autre lorsqu'il prit la parole, prenant la peine de la remercier d'être venue. La bonne blague. Elle aurait ri si sa gorge n'était pas aussi sèche. Au lieu de cela, la jeune femme ne réfléchit même pas deux secondes à sa position pour laisser échapper un commentaire dégoulinant de sarcasme.

« Merci de m'avoir payé le taxi, quel gentleman ! Tout le plaisir est pour moi ~ » fit-elle en inclinant la tête dans une fausse marque de respect

Elle ne le quitta pas des yeux. Maintenir le contact visuel, première chose qu'on lui avait apprise. Plus ou moins contre son gré. Plus ou moins à ses dépends. Ne pas montrer de faiblesse. Ne pas cesser de parler. Ne pas cesser d'être une insupportable insolente. Ne pas reconnaitre qu'ils avaient le dessus. Faire comme si elle maîtrisait la situation. Situation qui lui rappelait trop ses débuts avec l'agence pour qu'elle se sente entièrement à l'aise. Elle qui pensait être au-dessus de ça, depuis le temps, quelle fragile. L'adrénaline courait dans ses veines et elle aimerait que son oceur se calme un peu, mais il ne l'entendait pas de cette oreille.

« Vous dites ça comme si j'en attendais moins de vous., rit-elle à ses excuses vides de sens, Mais avec tant de précautions, je vais finir par croire que vous vous êtes sentis menacés. » continua-t-elle sur un ton plus posé qu'elle ne s'en pensait capable

Comme quoi, Five n'avait pas perdu tous ses automatismes, depuis que ce genre de situation s'était fait moins fréquent. Depuis qu'elle bossait à son compte. Décision qu'elle ne regrettait aucunement, par ailleurs. Parce que ça ne lui avait franchement pas manqué. Discrètement, la jeune femme ouvrit et referma ses mains, testant leur dextérité. Testant la solidité des cordes. Il n'y avait pas beaucoup de jeu et son cran d'arrêt avait disparu de sa poche arrière, mais elle devait bien pouvoir se démerder. Si elle retirait ses gants, ses mains pourraient peut-être passer.

Pourtant, ses yeux n'avaient pas dévié de son interlocuteur. The Fox semblait tourner autour de son âge et une voix amère lui rappela que ça aurait pu être elle, chez les Flare, si elle n'était pas partie. Si elle n'avait pas choisi de s'enfoncer dans une autre sorte de goudron malhonnête. Si elle n'avait pas pris la seule bonne décision de sa vie. Mais au fond, sauver Ludovic ne l'avait pas rendue meilleure. 500 restait une ordure, elle en était fermement convaincue.

«  On m'a toujours dit que j'étais trop curieuse, voilà où ça m'a menée. fit-elle en désignant l'endroit du menton, J'ai fait ça pour le challenge, et vous êtes moins décevants que prévu.. Promis, je ne laisserai pas de traces la prochaine fois ~ » ajouta la hacker avec un clin d'oeil

Bien sûr que non, elle n'était pas en position de jouer avec le feu. Mais est-ce que ça l'avait déjà fait reculer ? Pas qu'elle s'en souvienne. Alors pas de raisons de s'arrêter. La kalosienne prit quelques secondes pour jauger les réactions de ses interlocuteurs avant d'essayer de reconnaitre l'endroit plus sérieusement que tout à l'heure. Mais les fenêtres ne lui permettaient pas de voir l'extérieur, et la quantité de poussière lui laissait supposer que les locaux n'étaient pas vraiment utilisés. Hormis pour.. eh bien, ce genre de situation. Elle ne distinguait pas de tâches de sang sur le sol, mais ça ne la surprendrait pas d'en trouver.

Ca ne la surprendrait pas non plus d'en laisser.
Comme au 'bon vieux' temps.
Voilà qui la rendrait presque nostalgique.


_________________
500 ways to lie
© .bizzle
500 fakes it in palevioletred
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Identité
Rang: Admin Pendulum
Inventaire:
Equipe:
Admin Pendulum
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 44
Date d'inscription : 11/04/2017
MessageSujet: Re: Coopérer ou mourir, il faut choisir [500] Sam 20 Mai - 18:49
Coopérer ou mourir, il faut choisirIl va sans dire que le Zoroark fut excédé par le clin d’œil de la jeune fille, mais il se retint de lui sauter dessus pour la griffer au visage, après tout son but était de garder sa couverture pour le moment. Il n'aimait pas vraiment qu'on tente de lui résister, ni qu'on tienne tête à son dresseur, mais pour le moment il ne bougeait pas. Il n'avait jamais réussi à garder le même calme que The Fox, un calme olympien qu'il jalousait parfois, lui qui était capable de s'énerver pour si peu quand il ne faisait pas en sorte de se contenir. Pas qu'il en soit incapable cela dit, et le fait d'être sous Illusion l'obligeait à se concentrer sur ses gestes, ses paroles, et ce qu'il avait créé autour de lui. Si ça lui avait chanté, il aurait même pu faire de cette planque un joli petit appartement meublé et confortable, mais ce n'était pas l'effet rechercher que de mettre à l'aise leur interlocutrice. Et si son dresseur ne lui avait pas ordonné de ne pas le faire, il aurait sûrement rendu l'endroit encore plus effrayant. Il avait déjà vu des films d'horreurs et ça semblait l'inspirer énormément pour ses illusions. Quoiqu'il n'avait encore jamais réussi à faire en sorte de diffuser une musique flippante, mais il travaillait dessus (sans savoir s'il en était vraiment capable).

« J'espère que vous n'avez pas trop était secouée durant le voyage... oh mais suis-je bête, vous dormiez, vous ne devez sûrement pas vous en souvenir... j'espère que cela ne vous a pas trop causé d'inconfort, je m'en voudrais terriblement. »

Non, il ne s'en voudrait pas du tout. Sa remarque était sarcastique, il se doutait bien que cela n'échapperait pas à 500 mais continuer dans son jeu l'amusait quand même. Les deux se fixaient dans les yeux, et c'était suffisamment rare qu'on tienne ainsi tête au blanc pour que celui-ci apprécie le moment. Il était loin d'être offusqué, au contraire même, pour une fois que quelqu'un n'était pas tout tremblant et balbutiant, suppliant pour sa vie... Ça le changeait, et ça lui évitait de s'ennuyer. Et puis, le frustrer était sûrement ce que tentait de faire la jeune fille, alors, il resta calme et posé, comme si son insolence ne lui faisait rien. Il était en position de force ici, il n'avait rien à craindre, alors pas la peine de s'énerver pour rien.

« Oh non, c'est simplement la procédure habituelle... et nous n'allions pas vous réserver un traitement de faveur. »

Bon, c'était vrai que le fait d'avoir ses dossiers fouillés et possiblement exposés les rendaient plus vulnérables, au point où on en était, l'Admin ne pouvait pas dire se sentir menacé, et sûrement que sa fierté l'aurait empêcher de penser ainsi si ça avait été le cas. Le but d'une planque était... et bien de rester planquée justement, et ils n'allaient sûrement pas prendre le risque de révéler sa position au premier venu, même si celui-ci semblait insignifiant et inoffensif. Les langues se délient facilement, et leurs ennemis sauraient toujours comment faire parler une de leur victime... si toutefois ils parvenaient à comprendre en premier lieu qui étaient ces « victimes ». Mais jusqu'à maintenant, le secret de l'emplacement de l'endroit en question avait été gardé, et c'était très bien comme ça. The Fox l'avait d'ailleurs choisi précisément pour son absence de réseau. Après tout, c'était avec une hacker qu'il dealaient, et le blanc était pratiquement sûr qu'elle se serait servie d'un réseau quelconque pour se localiser par exemple, ou d'autres techniques qu'il ne connaissait pas mais dont il se doutait de l'existence.

« Tu rigoleras moins quand tu sais ce qu'on fait aux gens comme toi, alors je te conseille vivement de te calmer. » Cracha le Zoroark après que 500 ait repris la parole.

Il n'avait pas tenu longtemps tiens. Mais la jeune fille se moquait d'eux et ça, il ne l'acceptait pas. Il espérait que son dresseur lui donne l'ordre d'attaquer mais ce dernier n'esquissa pas un mouvement. Il s'était simplement contenté d'écouter son interlocutrice. Ainsi donc, elle ne travaillait pour personne et l'avait fait pour son compte. Hum, à ce stade, difficile de savoir si elle mentait ou non. Après tout, elle pouvait tout aussi bien cacher l'identité de ses éventuels employeurs, si ces derniers l'avaient suffisamment payée ou suffisamment menacée pour qu'elle taise toute information à leur sujet et se fasse passer pour la seule coupable à la place.

« Et j'ose espérer que tu nous dit la vérité, ou tu vas vite le regretter. » continua le renard noir et rouge, comme s'il avait compris les réflexions de son dresseur.
« Excusez mon collègue, il peut se montrer un peu... direct. Mais je me permet de vous redemandez afin de le confirmer : vous avez agi seule, et non pas à la demande de quelqu'un d'extérieur ? »
« Et qui qu'ils soient, saches que nous sommes pires. »

The Fox claqua la langue. Son Pokemon était persuadé que leur interlocutrice mentait, mais il lui demanda de se taire. Les paroles du Zoroark étaient claires : si elle cachait l'identité de ses employeurs par peur par exemple, elle devrait savoir que c'est de la Team Pendulum qu'elle devrait être la plus effrayée en ce moment. Ceci dit, le blanc décida de la croire pour l'instant. Non pas qu'il avait toute confiance en ses paroles, mais il entreprit de se dire que si mensonge il y avait, il finirait bien par le découvrir.

« Bien, maintenant passons à une question primordiale. Que suis-je censé faire de vous ? »
« La tuer tout de suite ou la torturer avant ? »

Un petit sourire se dessina sur les lèvres de l'Admin et les sbires à l'arrière de la salle pouffèrent. Visiblement fier de sa réplique, Astaroth posa à nouveau son regard sur la hacker. Pour lui, il fallait s'en débarrasser avant qu'elle ne recommence. Sauf que son dresseur n'était pas forcément de cet avis. Oh, tuer ou torturer ne le dérangeait pas, mais il ne le faisait que si c'était nécessaire. Et pour le moment, il ne trouvait pas que ça l'était.

« Qu'en pensez-vous, Mademoiselle 500 ? Que dois-je faire de vous ? »
© CRIMSON DAY
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Identité
Rang: Criminelle solo
Inventaire: ///
Equipe:
Criminel Solo
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 42
Date d'inscription : 04/11/2016
MessageSujet: Re: Coopérer ou mourir, il faut choisir [500] Lun 22 Mai - 0:07
Coopérer ou mourir.. j'ai vraiment le choix ?

ft.

« Voyons, si c'est pour vous rencontrer, un léger inconfort n'est rien~ » avait-elle laissé glisser sur un ton vaguement suggestif

Parce que non, elle n'allait pas s'arrêter. Parce que ce brun pouvait la foudroyer du regard tout ce qu'il voulait, il ne lui faisait pas peur. Ce n'était pas lui qui avait le contrôle, ça se voyait au premier coup d'oeil. Au mieux, c'était un chien de garde un peu zélé avec un caractère qui le rendait excessivement facile à agacer. Ce n'était pas lui qui l'intéressait, c'était l'autre. L'autre qui soutint son regard brun-or sans broncher. Comme elle s'y était attendue, à vrai dire. Mais elle penserait qu'il lui ordonnerait de baisser les yeux (ce qu'elle n'aurait pas fait, bien entendu).

Voilà qui était nouveau.
S'il cherchait un challenge, il l'avait trouvée.

Elle nota mentalement que c'était la procédure habituelle. L'une des informations qu'elle n'avait pas eu le temps de remarquer en fouillant leurs dossiers, ce renard était trop aimable de la laisser savoir à quoi s'attendre. Même si au fond elle n'était pas tout à fait surprise. Ce rendez-vous sentait les piège avant même qu'elle s'y rende. Et en prime, la hacker n'avait pas la moindre idée de là où ils l'avaient emmené. Son sommeil durant le trajet l'avait empêchée de chronométrer mentalement, et les murs nus de cette pièce quasiment vide pourraient appartenir à n'importe-quel bâtiment désaffecté.

C'était bien sa veine.

Le premier commentaire du brun lui arracha un rire, comme pour lui faire comprendre que si, elle serait continuerait de rire. Ils avaient peut-être trouvé moyen de la tracer, la piéger, l'attacher et la désarmer, mais il resterait tout à fait impuissant à lui couper le sifflet. Parce que se taire c'était renoncer. Et l'agence lui avait très spécifiquement appris que renoncer, c'était pour les faibles.

Baisse les yeux
Tu vas finir par te la fermer, oui ?
Qu'est-ce qui te fait rire ?
Me regarde pas comme ça, ordure

Le bon vieux temps.

500 savait pertinemment ce qu'on faisait aux 'gens comme elle'. Elle avait déjà été des deux côtés de cette situation. Sur le canapé, avec ce même sourire qu'elle servait en ce moment à The Fox, une lueur malicieuse dans le regard en se demandant quelles suppliques on allait lui servir cette fois. Sur la chaise, attachée de façon plus ou moins créative, avec ou sans son cran d'arrêt en fonction du professionnalisme de ses kidnappeurs. La hacker mentirait en prétendant que son sang n'avait jamais re-décoré les sols de bâtiments de ce genre. Mais le commentaire eut le mérite d'amener un sourire presque mélancolique à ses lèvres, tandis que son regard passait brièvement sur le brun aux mèches rouges.

« De nous deux, je ne pense pas être la moins calme, mon coeur. Tu crois que c'est ma première fois ? » fit-elle, laissant volontairement un double-entendre dans sa question avant d'en revenir à The Fox

Non, elle n'allait pas vouvoyer cet homme. Que ça soit par pure provocation ou parce qu'il était simplement moins gradé, c'était libre à l'interprétation, mais elle ne resterait formelle qu'avec le jeune homme aux cheveux blancs. Le brun ajouta un commentaire sur la véracité de ses propos, et la kalosienne haussa les épaules autant que ses liens le lui permettaient. Libre à lui de la croire ou pas: elle n'avait pas quoi appuyer ses propos sous la main, de toutes façons. En revanche, sous la main, elle avait ses gants de combat. Et c'est sans se détourner du regard de son interlocuteur qu'elle en défit discrètement le scratch du gauche, à force de le frotter contre l'autre. Si elle l'enlevait, elle aurait plus de jeu pour faire glisser son poignet.

« Bien sûr que j'ai tout fait toute seule, je suis une grande fille ~ » répliqua-t-elle, avec une fausse note candide dans la voix.

500 n'avait jamais aimé se répéter, et les menaces du brun la laissaient de glace, mais elle força sa façade d'insupportable insouciante à rester en place. Parce qu'elle ne savait pas exactement à quoi s'attendre avec les Pendulum (surtout qu'ils avaient maintenant mis un terme à ses recherches), mais elle était à peu près certaine d'une chose: ils n'étaient pas pire que cette foutue agence. Surtout pour l'âge qu'elle avait quand elle avait commencé à bosser avec eux. La kalosienne ne put s'empêcher de serrer les dents tandis que les souvenirs remontaient, faisant courir une adrénaline qui n'avait rien à voir avec le moment présent dans ses veines. S'ils avaient le potentiel d'être pire, elle aurait déjà fui de cette île d'une manière ou d'une autre en brûlant son appartement et libérant ses Pokémon excepté 01.

Comme la dernière fois.
On n'aurait plus jamais entendu parler de '500'

Alors quand il fut question de ce qu'on ferait d'elle, la jeune femme ne put s'empêcher de rire doucement à la suggestion du brun. Ce qu'il était original. Ca lui ferait presque plaisir, honnêtement. Rien qu'elle n'aie jamais entendu dans sa carrière, et pourtant elle était toujours là. Allez savoir si c'était de la chance ou tout le contraire.

« Moi qui pensais qu'il n'avait aucun humour.. » laissa-t-elle glisser avec un sourire amusé

Pour autant elle ne s'adressait pas directement à celui qui avait parlé, s'intéressant plutôt à The Fox. C'est à lui que reviendrait la décision, en définitive. Lorsqu'il réitéra la question, elle haussa de nouveau les épaules, faisant au passage glisser lentement sa main gauche à l'extérieur du gant de combat. C'était bien parti. Même si la jeune femme ne savait pas ce qu'il lui serait possible de faire avec une main libre, ce serait toujours ça de gagné. Son regard passa rapidement à son autre interlocuteur. Une promesse de violence flottait dans ses yeux clairs, et s'il serait plus sage de ne pas le provoquer, elle ne s'était pas attendue à s'en tirer sans dommages.

« Laissez votre collègue s'amuser, peut être ? Je sens qu'il meurt d'envie de jouer avec moi., rit-elle avant de basculer sa tête en arrière, exposant sa gorge, Fais toi plaisir, tu n'es pas le premier type avec des kink chelou que je croise. » railla-t-elle sans honte aucune

Depuis le temps qu'elle attendait de pouvoir lâcher ce commentaire. Sérieusement, après lui avoir bandé les yeux et l'avoir attachée à une chaise, ils auraient dû s'y attendre. Mais la hacker ne tarda pas à ramener sa tête à sa position initiale, fixant à nouveau les iris du jeune homme aux cheveux blancs. Plus sérieusement, s'ils avaient voulu se débarrasser d'elle, ils n'auraient sans doute pas tenté de discuter. Ils auraient envoyé quelqu'un faire le sale boulot. Comme ce type qu'elle avait croisé un soir à une heure indécente, penché sur le cadavre de Copper, un de ses informateurs préférés.

«  Mais après ça.. je sais pas, vous aimeriez que je vous rende les infos ? J'ai tout en tête, ça va être compliqué j'en ai bien peur.. continua-t-elle avec un air faussement pensif, Si vous me payez assez, il y a moyen que je prétende avoir oublié.. Enfin, vous allez dire que je vous apprends votre boulot. Faites-moi une proposition que je ne pourrai pas refuser, peut-être ? » suggéra-t-elle avec un clin d'oeil

Il était rare que la brune laisse passer une occasion de placer cette référence, honnêtement. Son propre commentaire la ferait presque rire si elle n'était pas convaincue que ça sonnerait nerveux. Ce qu'elle ne voulait pas. Elle n'était pas nerveuse. Elle ne se sentait pas menacée. Son coeur battait la chamade pour bien d'autres raisons. Les souvenirs e ce qu'elle avait fui, par exemple. Tout en gardant en tête que cette fois, l'obliger à quoi que ce soit qu'elle ne voulait pas risquait d'être compliqué.

Parce qu'à ce qu'elle sache, ils n'avaient rien sur elle:
Pas d'amis
Pas de famille
Pas de moyen de pression

Et elle n'était pas quelqu'un d'assez bien pour se soucier de la vie des parfaits inconnus. Menacer des innocents pour la forcer à agir serait immanquablement un échec. C'est donc avec un sourire en coin qu'elle attendit la réponse de son interlocuteur, plus curieuse qu'effrayée, malgré sa jambe qui se mettrait à trembler si elle ne s'en retenait pas. Quant à menacer sa propre vie.. eh bien.. ils pouvaient essayer.

Allez savoir si son instinct de survie dépasserait sa tendance à la destruction, aujourd'hui.


_________________
500 ways to lie
© .bizzle
500 fakes it in palevioletred
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Coopérer ou mourir, il faut choisir [500]
Revenir en haut Aller en bas
Coopérer ou mourir, il faut choisir [500]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Boire, ou bien se conduire... il faut choisir [PV Aïlin]
» Il faut bien savoir choisir ses amis ... [Nico/Elo]
» Si l’on veut mourir, il faut d’abord vivre. - Jezabel
» Faut choisir de pas y penser, choisir que ça existe pas, choisir de pas avoir de problèmes avec ça. Il faut sortir, faut voir ses amis. Et attendre que ça revienne.
» Il faut choisir dans la vie entre gagner de l'argent et le dépenser : on n'a pas le temps de faire les deux.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon OveRevolution :: Lieux RP: Arc-En-Polis :: Zone Résidentielle-
Sauter vers: