Pokémon OveRevolution
Bienvenue sur le forum d'ORE ! Forum RPG basé sur l'univers de Pokémon qui se veut très permissif. Shiny, couleurs anormales, Fakemon... On peut jouer des Pokémon, des légendaires ou des humains !



 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Des nouveautés sont à prévoir, restez connectés ! De plus, un recensement a lieu en ce moment-même. C'est le moment d'actualiser vos comptes !

One in Black, One in White.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Lieux RP: Importants :: Planque Ligue Neo
avatar

Identité
Rang: Chef Team Magma
Inventaire: UNE BOMBE !!!111!
Equipe:
Chef Magma
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 61
Date d'inscription : 08/04/2017
MessageSujet: One in Black, One in White. Mer 12 Avr - 22:19
Aujourd'hui, c'était saucisse couscous ! Mais surtout, aujourd'hui, c'était réunion dans la Planque de la Ligue Neo ! Comme habituellement, James Moriarty avait été convié au festivité, et bien qu'il regrettait l'absence totale d'un buffet de présentation, il avait pu s'amuser comme un petit fou. Du moins c'est ce qu'il avait cru au début. Après tout, quand on cherche à regrouper les personnes les plus dangereuses de tout Oniria, c'était forcément pour faire quelque chose de très maléfique, non ? Mais non, à la base, cette réunion servait surtout à planifier des petites attaques par-ci par-là et à faire l'inventaire des pertes. Il fallait dire que le gros coup avait déjà été lancé quelques jours auparavant, et Moriarty avait pu se faire plaisir ce jour-là.

Il se revoyait encore du haut de l'Institut, se tenant devant un monde de douleur et de pleurs. Puis quand il avait rencontré ce directeur adjoint, un bon combattant celui-là. Peut-être même un peu trop. En représailles, le businessman avait fait explosé une parcelle du domaine, le Gymnase si il se souvenait bien. Il venait de perdre une bataille, mais certainement pas la guerre. Le retournement de situation était arrivé, déstabilisant l'adversaire. James en avait alors profité pour prendre sa retraite et quitter ces terres malfamées. De toute façon, il s'était bien amusé là-bas. Et la simple pensée d'avoir tué des personnes avec l'explosion l'avait excité au plus au point. Le carnassier allait chérir ce souvenir jusqu'à sa mort.

Mais cela ne lui suffisait pas. Le monstre voulait revoir ce petit proviseur délégué, l'être qui l'avait battu. Il voulait lui faire mordre la poussière et bien plus encore. Ceci restait gravé comme une humiliation qui entachait sa réputation. Le chef de Team voulait absolument prendre sa revanche, préparant patiemment puis impatiemment sa dernière heure. Et juste avant que Moriarty ne s'élance avec un couteau à la main en direction de l'Institut, ses « collègues » l'avaient stoppé dans sa course. Les Pendulum étaient bien clair à ce sujet : Il n'y aura pas de nouvel affrontement là-bas avant un temps. Ce que ne pouvait cautionner le criminel. Ce qui poussa les autres à lourdement le prévenir.

Alors voilà, le pauvre chou devait se contenter d'assister à la rencontre, comme si il s'agissait de la chose la plus importante. Aucun écart ne lui était permis, il devait se tenir à carreau pour ne pas subir de conséquences désastreuses. Et en plus c'était d'un ennui ! Plus mortel que tout autre chose, mais on l'avait obligé à ne pas bouger, pas avant la fin en tout cas. Ce qui finit par arriver un beau jour pour son plus grand plaisir. Cela l'avait grandement énervé et il ne tenait pas en place. Les pauvres Magma n'allaient pas donner cher de leur peau lorsque leur boss rentrerait à la maison.

C'est justement ce que s'apprêtait à faire Moriarty. Il salua bien rapidement ses confrères chefs, bien qu'en réalité il s'en fichait royalement. Puis il se dirigea vers la sortie. Mais pourtant, alors que l'homme sanglant tourna un instant la tête sur sa droite, il fonça dans ce qui semblait être une autre personne. Reculant sous l'effet de l'impact, James réfléchissait déjà à quel sort allait-il réserver à l'ignorant qui se trouvait sur le passage. En relevant ses yeux noisettes, Moriarty tomba nez-à-nez avec des yeux plus qu'étranges. Bleus, très pâlots, presque gris, et en plus il y avait de petites touches de jaune. C'était tout simplement fascinant.

Concernant celui qui lui faisait face plus généralement, c'était un homme, un grand homme. Les cheveux châtains et coiffés, parcourus de quelques mèches blanches, peu de masse musculaire, la blouse froissée, les traits fatigués. Moriarty aimait particulièrement le fait qu'un tel cadavre puisse se tenir debout et sans flancher. Non vraiment, il était impressionné le bougre ! Il avait l'impression de voir un extraterrestre, un fantôme, un zombie. Cette situation était très attrayante. Et curieux comme il était, Momox ne pouvait pas s'empêcher de s'approcher pour toucher du bout de l'index la peau maladive du pauvre type, comme si il testait l'existence physique de l'autre humain.

James furetait ses gros yeux partout sur sa victime. C'était toujours ce qu'il faisait quand il rencontrait une personne qu'il ne connaissait pas : Il voulait tout savoir d'elle sans même avoir à lui demander. Après, cela dépendait de ce qu'il pensait de l'inconnu en face à l'instant précis. Si il était assez intéressant, Moriarty restait pour voir, regarder, admirer. Sinon il continuait son chemin sans même y penser. Dans ce cas-là, l'autre était tout juste étrange comme James les aimait. Alors il resta.

En reculant tout doucement, le Magma remarqua qu'il s'agissait en réalité du type qui l'observait depuis tout à l'heure. Le chef n'était passé à côté d'aucun regard pendant tout le début de l'assemblée, puis avait fini par se lasser. Alors l'homme en costume avait abandonné son intérêt pour ce comportement étrange. Mais maintenant il se rendait compte que cette manie étrange venait d'un homme tout aussi étrange, et que le cadre de rencontre était vraiment étrange pour une fois. Beaucoup d'étrangeté en un coup, et cela Moriarty, il adorait. Alors il tendit la main en direction de l'inconnu.

« Bien le bonsoir après cette collision ! Je suis James Moriarty, Chef de la Team Magma. Mais ça, tu dois déjà le savoir je suppose, petit scientifique. Dis-moi donc ton nom, je meurs d'envie de le connaître ! »

La personnalité enfantine avait encore pris le dessus, et c'était limite si cet homme, tant redouté et craint, ne sautillait pas d'excitation vers la fin de sa phrase.

_________________
Moriarty burns the heart out of people in #cc2400
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Science Guy
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 103
Date d'inscription : 17/10/2016
Age : 20
Localisation : Who knows ?
MessageSujet: Re: One in Black, One in White. Mer 12 Avr - 23:59



Sherlock était dans la petite chambre qu’on avait mis à sa disposition pendant la semaine afin qu’il n’ait pas à faire des allers-retours entre chez lui et la Planque de la Ligue Neo. La pièce n’était pas bien intéressante, il y avait un petit meuble, une armoire, une lampe et un miroir. Pour les sanitaires, il fallait aller en pièce commune… En bref, c’était tout juste confortable mais le scientifique n’en demandait pas plus. De toute façon, Holmes était habitué à l’endroit un peu limite et pas toujours propre. Lui-même dans son appartement ne faisait pas souvent le ménage et laisser trainer livres et matériels de chimie. Si la gérante de son établissement n’était pas aussi gentille avec lui pour venir lui faire le ménage de temps en temps, nul ne doute que son chez-lui aurait été très vite invivable. Alors il se plaisait bien ici, et puis cela lui permettait d’être seul. Sherlock savait qu’il n’aurait pas supporté la présence des autres, surtout qu’ici, ils étaient tous timbrés. Non vraiment, si les gens trouvaient que lui était bizarre, fou, alors ils n’avaient encore rien vu des sbires… Et pire encore, des scientifiques. L’ancien professeur adorait les expériences, même les dangereuses pour lui, mais tout de même. Il y avait des choses éthiques à conserver, des limites à ne pas dépasser. Pourtant, il fallait voir ce que certains étaient capable de faire. Bien entendu, c’était assez hypocrite de dire cela de la part du garçon Holmes. Il travaillait actuellement sur un projet secret, en plus de faire des choses à côté pour la Team Pendulum. Ce projet n’était pas du tout éthique justement. Néanmoins, le bouclé n’était pas là juste pour la « beauté » de la science, il était là sur ordre de son frère. Pour garder un œil sur ce fameux projet. Mais aussi sur quelqu’un d’autre, quoi que cela tenait plus particulièrement à l’homme…

Pour passer à autre chose, il y avait une réunion ce soir-là. Sherlock n’aimait pas les réunions des Teams. D’une part, c’était des moments particulièrement ennuyants et où il entendait des choses aberrantes. D’autre part, le châtain devait prendre encore plus sur lui pour ne pas sortir de l’identité qu’il avait créé. Il devait se taire et écouter, on ne demandait que peu souvent son avis. Et pourtant, Arceus savait à quel point le détective avait envie de crier ses pensées. A quel point il avait envie de leur dire que leur plan était idiot, qu’il y avait d’autres méthodes… Mais il n’en avait pas le droit, alors Sherlock se contentait de ce qu’il pouvait. Le brun passait son temps à observer les sbires et ses collègues. A voir leurs mouvements discrets, les clins d’yeux furtifs, les mains dans les poches ou qui tripotaient avec fureur un stylo. Les sourcils qui bougeaient à la moindre remarque, la sueur qui commençait à perler sur le front d’un menteur. C’était vraiment là la seule distraction que le scientifique avait. Grâce aux combines de Mycroft, il avait pu entrer dans l’équipe chargée du projet secret mais… Sans plus. Sherlock n’était qu’un homme en blouse bon à faire ses expériences dans son labo et c’était tout. Non pas que c’était dérangeant, mais cela rendait les moments comme les réunions atroces.

Bref, il y avait une réunion et Holmes avait eu à peine le temps de se reposer après avoir fini sa journée de travail. Cette fois, c’était une réunion très importante. La première à laquelle il assistait. Le brun était quelque peu excité, s’attendant à des choses passionnantes. Néanmoins, il n’allait encore être là que pour meubler, pour montrer la puissance intellectuelle de sa Team. Mais c’était mieux que de rester dans sa loge à ne rien faire. D’ailleurs, il était temps de partir pour l’homme en blouse et il observa son reflet une dernière fois dans le miroir qu’il avait à disposer, accroché au mur. Il n’était plus Sherlock Holmes ici, l’ancien professeur de Yume. Il était quelqu’un d’autre. Un humain avec les mêmes traits de visage et pourtant, il était différent. Sa coupe avait changé, la couleur aussi, un petit peu. Il portait une barbe discrète et se faisait nommé William Strange, ou pour ceux qui le voyaient uniquement comme un homme de science, c’était Dr. Strange. Donc tout était en place alors il quitta sa loge tout en gardant sa blouse de chimie.

Une fois dans la pièce, il fallut attendre que tous les malfrats arrivent. Cela prit plus de temps que prévu et cela n’étonna pas Sherlock. Il savait très bien comment étaient les Chefs de Team par exemple. Ces derniers avaient des égos incroyables et aimaient se faire désirer. A cette pensée, le brun pesta intérieurement. Il leur ressemblait à ce niveau-là. Enfin, la réunion débuta et fut finalement tout aussi ennuyeuse que les autres, plus classiques. Pourtant, quelque chose n’échappa pas au regard de glace du scientifique. Il avait repéré l’homme qu’il détestait tant. Le leader de la Team Magma, Holmes l’aurait reconnu entre mille… Cet air suffisant, cette façon de se comporter et ce costume noir et riche. Franchement, l’homme avait de la chance d’avoir un bon self-control, autrement, il aurait eu du mal à ne pas montrer sa rage.

Quand la réunion fut terminée, sbires, chefs et autres se dispersèrent, partant chacun de leurs côtés. Sherlock fut interpellé par l’une de ses collègues qui voulait lui dire un mot à propos d’un résultat d’expérience. Elle le quitta bien vite  et le brun n’avait qu’une hâte, pouvoir s’éloigner de toutes ses mauvaises personnes. Néanmoins, il ne put pas continuer sa course lorsque quelqu’un le percuta. Il baissa donc le regard pour voir de qui il s’agissait et son cœur rata un battement. Sherlock dû se faire violence pour ne montrer sa surprise et son dégoût. Il avait juste en face de lui ce monstre. Le monstre. Un dénommé James Moriarty… Le scientifique souffla une excuse et attendit les paroles tranchantes de l’autre homme. Celui-ci agit d’abord étrangement. Il regarda Sherlock, ou le Dr. Strange, sous toutes ses coutures, bougeant ses yeux foncés dans tous les sens. Il osa même toucher l’un des bras de l’ancien professeur qui essaya de ne pas tressaillir à cela. Il avait envie de se brûler cette portion de peau à présent, et si cela n’avait pas été si dangereux, il l’aurait fait. Puis finalement, le Chef Magma lui tendit sa main, visiblement prêt à faire connaissance. Bien entendu. Il parla et Sherlock n’apprécia pas son « petit scientifique ». C’était quand même un comble venant de quelqu’un qu’il dépassait de plusieurs centimètres. L’homme de Pendulum n’eut pas d’autre choix que de répondre et d’être positif. Il afficha alors un sourire discret, suffisamment simple pour ne pas que l’on voit qu’il était forcé. En effet, les yeux d’Etouraptor d’Holmes avaient remarqué que Moriarty passait son temps à observer les autres lui aussi. Il fallait donc redoubler de prudence. Sherlock serra ensuite la main de son interlocuteur, avec un peu de poigne mais pas trop.

« Bonsoir Monsieur Moriarty. Je… Je m’appelle William Strange. Pardonnez-moi cette hésitation, je n'ai pas l'habitude de m'adresser à un haut gradé. »

Voilà, il ne savait pas quoi ajouter d’autre. C’était plutôt déroutant comme situation… Mais finalement, le scientifique opta pour un peu d’humour.

« Vous avez l’œil vif dites-moi. Non, je vous assure, il y a encore des personnes ici qui ne savent pas que je travaille dans les laboratoires. »

Et le pire dans tout cela ? C’était la stricte vérité. Certains membres de Team lui demandaient encore ce qu’il pouvait bien faire là, alors que Monsieur Strange était vêtu de sa blouse et qu’il avait un tube à essai dans la main… Il y avait des personnes comme cela, qui ne faisaient attention à rien, pensant que les autres ne pouvaient rien leur apporter. C’était tout l’inverse du détective en fait.

_________________
♦ Scientifique Pendulum ♦

Sherlock snobe en midnightblue

Recap comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Identité
Rang: Chef Team Magma
Inventaire: UNE BOMBE !!!111!
Equipe:
Chef Magma
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 61
Date d'inscription : 08/04/2017
MessageSujet: Re: One in Black, One in White. Jeu 13 Avr - 1:35
L'inconnu finit tout de même par lui serrer la main. Il se présenta en tant que William Strange et avoua qu'il n'avait pas l'habitude de parler à quelqu'un du rang de Moriarty. Et cela ravissait le requin. Au moins, ce gars-là connaissait sa place. Un petit vermisseau de scientifique, voilà ce qu'il était, et le Magma n'aura aucun mal à le lui rappeler. Cependant, cette hésitation pouvait bien cacher tout autre chose. Le businessman était habitué à rencontrer des sbires pas vraiment très intelligents. Ils commettaient bien des bourdes pouvant même parfois leur ôter la vie, car Momox déteste quand on lui manque de respect. Lui, au moins, était prudent. Un trait qui intéressait bien le plus âgé des deux.

S'en suivit alors une petite parole humoristique que James apprécia grandement. Il adorait qu'on le fasse rire, mais encore plus, il adorait rire des autres. Et là, c'était tout simplement bon. William ne se plaignait pas, mais pratiquait l'auto-dérision, qui se trouvait être une certaine forme d'intelligence. Sans vraiment savoir pourquoi, le Magma se sentait à l'aise avec ce petit scientifique. Il n'était pas comme n'importe qui d'autre. Pas un pauvre être simple d'esprit et sans importance capitale. Bon, même si Strange n'était effectivement pas d'une importance capitale, au moins il avait la décence dans avoir un peu dans le crâne. Ce qui est plutôt rare par ici.

Moriarty voulait alors aller plus loin. Un nom ne lui suffisait plus. William Strange, il portait bien son appellation. L'homme était si étrange, on dirait qu'il n'avait même pas sa place ici. James n'était même pas sûr d'avoir quelqu'un sous son commandement avec cet air fin. La Team Pendulum avait de la chance, et cela ne plaisait pas à l'homme en costume. Pour une fois qu'il trouvait quelqu'un un tant soit peu digne d'intérêt ! Mais Momox n'allait pas abandonner maintenant. Il n'avait pas enduré toute une réunion pour rien en retour. Il se sentait inextricablement lié à l'autre, c'était bizarre.

Maintenant, il avait bien envie d'extorquer quelques informations le bougre. C'est vrai cela, les Pendulum pouvaient s'adonner à des expériences sans craintes, alors que les autres en étaient tout simplement interdis. C'était révoltant, Moriarty était révolté. Il l'avait bien précisé dans l'une des toutes premières réunions, mais s'était vite fait rembarré par les chefs de la Ligue Neo. Après tout, les Teams des autres îles avaient accepté de rejoindre la Pendulum de leur propre gré, même si le businessman n'était pas encore au pouvoir à l'époque. Et c'était bien cela le problème ! Le Magma n'avait pas confiance dans les Pendulum, et aurait déjà quitté l'organisation si d'autres l'avaient rejoins. Mais il était seul sur ce coup-là malheureusement.

Alors quitte à vivre avec, autant en apprendre plus sur les nouveaux méchants. Oh oui James était bien curieux de voir de quoi il en retournait. Ces êtres étaient très mystérieux quant à l'organisation. Très peu de monde pouvait se vanter de connaître l'identité du Big Boss. Momox ne le pouvait pas par exemple. C'est pourquoi il voulait profiter de cette rencontre inopportune un maximum. Plus on en sait sur le sujet, plus on est puissant. Ce chef l'avait bien apprit, tenant à son compte un vaste réseau de renseignement et d'espionnage. La base quoi.

Le requin prit de nouveau la parole, d'une voix faussement amicale. Son sourire de prédateur éclairait son visage habité par deux yeux fous, le tout masqué par un faux semblant d'attention. Il était toujours comme cela avec ceux qui n'en valait pas la peine. C'était un peu comme un test, pour voir si Strange était aussi intéressant que le Magma l'avait supposé.

« William Strange, j'aime beaucoup ce nom. Mais j'avoue avoir un petit faible pour les choses un peu plus exotiques, peu communes, ce genre de chose enfin. Bref, donc vous êtes bien un scientifique, et vous m'avez l'air d'être un travailleur en plus de cela. J'admire beaucoup cette profession, trop peu reluisante aux yeux de tous, mais qui est en réalité une très belle opportunité de carrière. Peut-être pourriez-vous m'aider à répondre à une petite question qui me trotte dans la tête depuis un moment déjà. Si, et seulement si, vous n'êtes pas occupé en ce moment, hm ? »

Bien qu'il s'était mis à le vouvoyer pour aucune raison apparente, Moriarty ne lui laissa pas le temps de répondre puisqu'il enchaîna immédiatement.

« En clair, je me demandais en quoi pouvait consister votre boulot ? Scientifique, c'est un peu les expérience. Jouer au petit chimiste, comme un professeur, tout ça. Créer de nouvelles choses, les perfectionner, ce doit être très gratifiant comme travail. Vous pouvez vous dire que vous faites avancer le monde. Les scientifiques sont des gens très importants, je trouve qu'on devrait mieux les traiter. Après tout ils le méritent amplement, ils contribuent, tous autant qu'ils sont, à asseoir notre pouvoir sur Oniria.

Mais revenons aux choses sérieuses. Ce que je voulais savoir, c'était de voir si c'était dur à supporter, faire des expériences sur tous ces Pokemon, et même peut-être humains. Ce doit être horrible comme vision, non ? Mais ce qui m'interpelle le plus, c'est comment vous pouvez vous lever le matin, en sachant pertinemment que vous allez faire des choses mauvaises. Pourtant, vous continuez, inlassablement. Il ne faut vraiment pas avoir de sentiment pour exercer cette pratique. Un peu comme moi en fait ! 

Ma dernière question sera, qui pensez-vous être le pire monstre ici : Un chef de Team, ou un Scientifique ? Répondez-moi honnêtement Monsieur Strange, j'aimerais connaître votre avis sur le sujet.
»

Ce qui était formidable, c'est que ce monologue était bourré de piques insidieuses et perfides. Un idiot n'y verrait que du feu, et c'était cela qui était amusant. Mais Strange n'était pas normal, James pouvait le déduire du premier coup d'oeil. Pour autant, il n'arrivait pas à bien cerner le personnage. Etait-il vraiment malin, vraiment intelligent, auquel cas il lui répondrait avec fureur ? Ou n'était-ce qu'un autre abruti comme tous les autres, qui s'écrase encore et toujours, auquel Moriarty aurait accordé un jugement trop hâtif ?

_________________
Moriarty burns the heart out of people in #cc2400
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Science Guy
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 103
Date d'inscription : 17/10/2016
Age : 20
Localisation : Who knows ?
MessageSujet: Re: One in Black, One in White. Jeu 13 Avr - 3:13



Le boss Magma semblait ravi en voyant que l’homme en blouse coopérait. Après tout, c’était la meilleure chose à faire… Même si dans le cerveau de Sherlock, c’était tout autre chose. Sous son air neutre, il fulminait en voyant ces petits yeux marron, heureux de faire une nouvelle connaissance. Il fulminait en voyant ce sourire tantôt narquois, tantôt amusé. Pourtant, il savait qu’il fallait garder son calme. La journée se finissait enfin, il y avait eu des soucis au laboratoire juste avant, la réunion avait été boring à souhait… Mais tout cela touchait à sa fin et Holmes mourait d’envie de retourner dans sa loge pour se détendre un peu. Comment ? Là était la question, même s’il avait bien une petite idée. Avant tout, il fallait se débarrasser de la petite fouine qui semblait prendre un malin plaisir à contempler Sherlock, sous les traits de sa fausse identité. Le scientifique laissa ses pensées de côté lorsque le Magma reprit ses paroles, enjoué. La vision n’était pas très rassurante d’ailleurs. Mais bref, ce dernier commenta d’abord le nom et prénom du scientifique. Comme quoi la combinaison n’était pas très « exotique », presque banale. En soi, Sherlock ne comprenait pas trop cette réaction. Est-ce qu’il y avait sincèrement beaucoup de personne pour se nommer Strange ? A sa connaissance, non, mais cela n’était pas important. Il murmura tout de même un « si vous saviez » mais laissa poursuivre son interlocuteur.

Le brun aux yeux fous continua alors en expliquant combien il admirait la profession de l’autre personne. Holmes plaça cela sur le cas du syndrome de la blouse blanche mais ne fit pas de commentaire. Il écoutait attentivement les paroles de Moriarty, décelant toutes les pointes de faux humour dissimulées ci-et-là. Le Chef continua, il avait une interrogation à poser au détective. Il se permit même d’ajouter un « si vous n’êtes pas occupé » que le scientifique ne prit pas à la rigolade. Cependant, il cacha sa frustration en un silence et un petit sourire qui voulait dire : « ne vous en faites pas, je suis tout à vous. » Et alors le brun poursuivit en posant une question qui semblait rhétorique puisque le Magma y répondit de lui-même. Oui, scientifique, c’était les tubes à essai, les erlenmeyers, les solutions chimiques, le tableau périodique des éléments… C’était aussi les gênes, les IRM. Créer, tester, innover. Mais en réfléchissant à nouveau aux paroles de James Moriarty, Holmes tiqua sur quelque chose, bien qu’il ne laisse aucune émotion particulière paraître sur son visage pâle. Son ennemi venait de comparer un chimiste à un professeur. Le châtain aurait tant voulu lui prouver le contraire et lui faire ravaler cette comparaison idiote.

Finalement, l’homme d’affaire arriva à ce qui l’intéressait le plus et l’ancien enseignant ne fut même pas surpris. Ainsi, le fouineur voulait en savoir plus sur les expériences ?  Sur la sensation que cela apportait ? Si c’était désagréable et si l’on pouvait vivre avec cela sur la conscience. Honnêtement, Sherlock ne voyait pas trop où son interlocuteur voulait en venir. Bien entendu, c’était horrible parfois, oui mais nécessaire. On aurait dit que le Chef voulait le troubler, pourtant, cela n’avait que peu d’effet sur un être comme ce scientifique. Il avait vécu des choses bien plus horribles pour dire la vérité et sa personnalité l’aidait à ne pas trop penser à ses expériences. Autrement, l’homme ne serait pas là en train de discuter à un malfrat de la pire espèce. Il fallait parfois franchir la barrière morale pour le bien de tous.

Enfin, le haut gradé termina son discours plein d’interrogation, en demandant tout simplement qui était le plus monstrueux ici. Il faisait bien entendu référence à lui-même et à l’ancien professeur qui lui faisait face. S’il voulait des réponses, il allait en avoir et Sherlock avait déjà un coup d’avance et était excité à l’idée de faire avancer son plan. Mais avant, il fallait répondre à Monsieur le Chef de la Team Magma. Le Doctor Strange prit alors une voix posée et cadenassa son regard perçant sur celui de l’autre homme.

« Vous êtes plutôt intéressé, par un petit scientifique, n’est-ce pas ? Voyons… Mon travail est comme vous l’avez décrit. Nous sommes des créateurs, des innovateurs. C’est grâce à nous que ce monde peut continuer à avancer. De la chimie à la physique… Bien que je sois plutôt spécialisé, eh bien dans la chimie, mais aussi dans la biologie. Mais je pense qu’une démonstration vaut mieux qu’un long discours, vous ne pensez pas ? »

Sherlock se mit à sourire avant de reprendre la parole :

« Je vous en prie, passez le premier. Je ne voudrais pas importuner votre vision de mon dos si banal. Alors après-vous. »

Il en rajouta une couche en ouvrant l’un de ses bras pour indiquer humblement la direction à prendre. Moriarty n’avait pas vraiment d’autre choix que de coopérer s’il voulait la suite de ses réponses. Si cela pouvait paraître comme étant de la politesse, cela n’en était pas en réalité. Holmes se moquait de la supériorité de l’homme au regard foncé et il préférait l’avoir à l’œil que dans son dos. Le scientifique attendit donc que le haut gradé n’avance pour reprendre avec tranquillité.

« Ensuite, vous vouliez en savoir plus sur mes états d’âmes, oui ? Je trouve cela étrange qu’un Chef comme vous se préoccupe de cela. Nous faisons le sale travail et vous en profitez, c’est comme cela que la machine fonctionne… Mais pour vous répondre, non, je vais bien. Pour être honnête, vous croyez que les gens qui travaillent ici font attention à l’éthique et la morale ? J’ai bien choisi mon camp, si vous voyez ce que je veux dire. La Team Pendulum et les autres ne sont pas des enfants de cœur. Mais cela, Monsieur Moriarty, vous le savez déjà. »

Le Pendulum répondait avec une certaine ardeur aux questions posées par le Magma mais il gardait toujours une voix posée et calme.

« Pour finir, vous voulez savoir qui est le pire d’entre nous ? La science ou bien ceux qui commandent à la science ? Ceux qui en profitent. Après réflexion… Disons que je suis pire que vous. Enfin, que le scientifique est pire que le Chef. En effet, pour venir travailler ici et faire des expériences sur des êtres vivants, je suppose qu’il faut avoir un petit problème. Mais je m’en porte bien, merci pour votre intérêt Monsieur ! Sans nous, tout ceci ne serait pas. Nous sommes définitivement les monstres de la science.



Ah, nous y sommes ! »


Au bout du couloir où le duo se trouvait, il y avait une porte. Ils s’approchèrent alors mais sur celle-ci, on pouvait lire une inscription : « staff only ». Alors Sherlock fit une moue faussement surprise.

« Oh, j’étais tellement emporté que j’avais oublié ce petit détail… Petit détail qui pose un gros problème. Cela me rappelle quelque chose de récent mais quoi… Ah. Qu’en dites-vous alors ? Il semblerait que vous ayez besoin d'un petit scientifique pour se problème... Je me demande si vous allez en trouver un rapidement. »

L’homme haussa les épaules, l’air désolé alors qu’en réalité, il jubilait à l’intérieur. Moriarty se pensait trop malin sur ce coup-là en provocant Sherlock de la sorte. Ce dernier se permit d’ailleurs de rajouter quelque chose en se penchant légèrement vers le Chef et en chuchotant :

« Entre nous, je vous déconseille d’essayer de forcer la porte ou quelque chose dans le même genre. Il y a un système de sécurité pour empêcher les petits Fouinar de mettre leur nez dans les affaires des grands… Oops. Ne prenez pas cela personnellement bien sûr, je ne le pense pas. »

Puis, satisfait, Holmes sous les traits de Strange resta là, à contempler la tête de l’autre personnage.

_________________
♦ Scientifique Pendulum ♦

Sherlock snobe en midnightblue

Recap comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Identité
Rang: Chef Team Magma
Inventaire: UNE BOMBE !!!111!
Equipe:
Chef Magma
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 61
Date d'inscription : 08/04/2017
MessageSujet: Re: One in Black, One in White. Jeu 13 Avr - 22:04
James Moriarty était bien content en ce moment même. La réunion venait de se terminer, et le requin venait de trouver un nouveau centre d'intérêt. Il répondait au titre de William Strange, un nom très bien choisi puisque Moriarty le trouvait étrange, pas comme les autres. Hors du cadre, quelqu'un d'intéressant, enfin. Une petit scientifique comme il y en avait tant. Mais pourtant celui-ci dégageait quelque chose de pas très anodin. Momox en était persuadé, et il n'allait certainement pas laisser passer cette occasion. Quelque chose digne d'intérêt, dans la Ligue Neo ? Quelle chose rare et sublime.

Le gars en blouse ne tarda pas à répondre. Effectivement, il détailla ce en quoi consistait son travail, il était d'accord avec le chef de Team : Les petits intellos tels que lui étaient ceux qui faisait progresser le monde, dans le bon ou mauvais chemin. C'est sur eux que repose l'avenir de l'humanité. Toutes ces découvertes, ces inventions. Les vaccins, le nucléaire, les bombes, ce genre de chose. Il n'y avait pas à dire, au final c'était eux qui décidaient de la survie ou l'extinction d'une espèce. A la seule condition seulement que quelqu'un se tienne derrière eux, une main aidante, un appui solide. Sinon, ils ne pouvaient rien.

En quelque sorte, Strange était ici grâce à lui, Moriarty, et tous les criminels. Sans la Ligue Neo, le brun ne pourrait pas s'adonner à ses petites expérimentations. Ce serait dommage de gâcher un potentiel pareil, non ? Alors on pouvait dire que ce William lui en devait une. Un petit service en échange ne ferait pas de mal. James avait toujours voulu voir de quoi il en retournait. Toutes ces cachotteries et ces petits secrets. Le Magma n'aimait pas quand il ne connaissait pas. Il lui fallait absolument pallier à ce problème. Et Strange se présentait comme étant la solution.

Tout le schéma se répétait dans la tête du plus vieux. Le scientifique semblait réellement le genre de type avec de l'humour cynique au vu de sa première parole. C'était aussi un battant qui n'avait peur de rien, sinon le Pendulum ne lui aurait jamais proposé de lui montrer les fruits de son dur labeur. Tous les membres de la grande organisation le savaient, le projet Pendulum devait rester secret, ou sinon il y aurait de grandes représailles pour les inconscients. Strange ne semblait pas s'en soucier, il n'avait pas froid aux yeux et savait ce qu'il faisait. Une telle confiance aurait dû alerter le businessman, mais honnêtement il était trop impatient pour y prêter réellement attention.

L'homme en blouse se moquait bien en faisait signe à Moriarty de le suivre. Celui-ci décida d'ignorer la charmante attention. Après tout il avait parfaitement le droit de s'amuser, puisque James prenait déjà du plaisir dans cette rencontre. Le chef n'était pas égoïste, il n'allait pas l'empêcher de continuer son petit jeu. Car effectivement, le carnassier sentait que quelque chose sonnait faux dans l'histoire. Il commençait à se faire dépasser, à se faire manipuler en quelque sorte. Moriarty décida d'attendre, pour voir jusqu'où cela pourrait aller. Après tout c'était un très bon divertissement, alors pourquoi s'en priver ?

Les deux reprirent alors le chemin. Le petit scientifique continua de répondre aux questions posées auparavant, pour la plus grande joie de l'homme en costume. Oui, Strange était parfaitement d'accord avec la cruauté de son travail. Cela ne le gênait pas plus que cela à vrai dire, tout comme Moriarty n'avait aucun état d'âme lorsqu'il larguait une bombe quelque part. C'était un peu sa marque de fabrique, c'était tellement plus amusant avec des feux d'artifices ! Les deux hommes avaient donc cela en commun, et c'était une bonne chose.

Enfin vint ce que James attendait le plus. Le monstre, qui était-il, et pourquoi cela faisait de lui un monstre ? C'était la première fois posait et se posait la question. Sa réflexion fut très rapide, mais il souhaitait avoir un avis extérieur sur le sujet. La réponse ne tarda pas. Strange se désigna comme le véritable monstre ici. Après tout, son métier consistait la plupart du temps à de la torture et des actes inhumains. Ce n'était pas la réponse escomptée du Magma, néanmoins il n'en était pas surpris. L'autre parlait avec une certaine ironie qui ne se voyait pas au premier coup d'oeil. Restait à savoir pourquoi ce petit scientifique semblait tant mépriser l'un des leaders de la Ligue Neo.

Finalement le duo finit par arriver au bout du couloir, avec une porte interdite d'accès pour le personnel non-autorisé. La règle s'appliquait à l'un des deux hommes, tandis que l'autre était libre de ses mouvements. Strange parla à nouveau. Il ne semblait pas être prêt à coopérer. Du moins pas tant que Moriarty n'aura pas reconnu sa défaite. Car cela était bel et bien un jeu. Strange l'avait deviné dès le début, ce qui ne rendait la partie que plus amusante encore.

Le sbire se pencha finalement près de Moriarty. Il voulait l'avertir d'un certain système de sécurité si jamais l'envie de rentrer traversait l'esprit du plus vieux. C'était une charmante attention, bien qu'inutile puisque James était au courant depuis bien longtemps. Pourtant il était touché, sincèrement. William daignait jouer avec lui, Moriarty se sentait honoré. C'était pas tous les jours qu'on rencontrait quelqu'un avec autant d'audace que celui-là. Que c'était mignon.

Si pendant un bon moment l'homme en costume avait gardé le silence, c'était pour apprécier le mouvement de son ennemi. James n'était pas un tricheur, il voulait faire cela dans les règles de l'art. Il attendrait patiemment que son tour vienne. Ainsi, il pourrait mettre le Docteur Strange en échec. Le feu vert était lancé après cette dernière réplique. Maintenant, le Magma pouvait agir.

« Vous devez… Sûrement vous demander, pourquoi je m'intéresse tant à vous, hm ? Voyons voir, William Strange, scientifique lambda au sein de la Team Pendulum, doit avoir déjà tout perdu auparavant pour venir dans un endroit pareil. Vous n'attendez plus rien de la Vie, continuant votre existence jour après jour sans même y penser. Vous aimez votre travail, sans pourtant être un fanatique. C'est peut-être votre seul espoir et centre d'intérêt. Trop lambda je dirais même. On pense que vous cachez quelque chose, alors qu'en réalité vous ne faites même pas cet effort. Les autres sont tout simplement assez idiot pour ne pas le remarquer devant leur nez. Vous n'êtes pas ici depuis longtemps, et pourtant vous vous sentez déjà comme chez vous. Soit vous avez un différend avec les Pokemon, soit vous étiez déjà consacré à la science dans votre vie. Mais ce n'est pas tout, et c'est bien ce que j'adore. »

Le businessman commençait à se rapprocher dangereusement de Strange, n'hésitant pas à passer sa langue sur ses lèvres dans un geste provocateur. Une fois à sa portée, sa voix devint plus douce, plus lente.

« Vous savez, j'admire les gens comme vous. Rares, si rares de nos jours. Intéressants. »

Puis il s'écarta brusquement du scientifique, le surprenant probablement. Mais James lui tourna immédiatement le dos pendant cette aparté.

« On devrait sortir boire un verre un de ces jours, je connais un super endroit pour l'occasion ! Mais revenons pour l'instant à notre sujet du jour. »

Reprenant la conversation normale, le Magma n'hésitait pas à ponctuer chaque mot d'un geste, pointant chacun leur tour les éléments cités.

« Vous, moi, devant une porte à laquelle seul vous avez accès. Mais vous refusez de m'aider. Peut-être vous ais-je offensé par un quelconque moyen ? C'est dommage, je le fais avec tout le monde, mais vous êtes bien le seul à l'avoir remarqué. Je pense qu'on a beaucoup en commun vous et moi. Une plus ample connaissance ne ferait pas de mal je pense. »

Alors qu'il s'apprêtait à continuer, le businessman s'arrêta subitement. Il semblait réfléchir un instant, commençant à faire les cents pas. Un silence de plusieurs secondes se mit à planer entre les deux hommes, rendant la situation tendue. Finalement, James releva la tête avec une moue mélancolique.

« Malheureusement, je n'ai pas vraiment le temps pour cela. Je me lasse facilement de mes jouets vous savez ? »

Puis il se mit à rire, le carnassier. Un rire qui ne présageait rien de bon.

« Un de plus ou un de moins quelle différence ? Un petit mensonge bien placé, et tout le monde croira à un simple incident entre le chef Magma et un scientifique. Si vous ne voyez pas vraiment où je souhaite en venir, je peux vous éclairer sur ce point. »

Moriarty sortit alors un revolver de sa poche et pointa directement dans la tête de l'homme en blanc.

« Ce serait dommage de vous abattre ici juste parce que vous pensez avoir gagné, hm ? Si vous voulez, je peux vous laisser gagner, mais pas maintenant. Néanmoins, vous pouvez savourer cette petite victoire autant que vous le voulez. Après tout, je suis obligé de m'abaisser aux menaces pour obtenir votre accord, c'est honteux. Mais tout ce qui m'importe maintenant, c'est d'avoir une distraction. On ne va tout de même pas s'arrêter en si bon chemin ? La partie n'est pas encore terminée, et je voudrais que vous la fassiez durer. Mais seulement si vous vous en sentez capable, ce serait vraiment triste dans le cas inverse. »

L'homme menaçant se figea en fixant William. Il n'en avait pas encore terminé avec ce petit-là. Jouant allégrement avec son arme d'une main, le boss se mit à siffler joyeusement pendant un moment. L'action se changea progressivement au point mort, jusqu'au moment où Momox enclencha la détente du pistolet et tira immédiatement. La balle d'acier vint se loger juste à droite de William, comme un avertissement dans le cadre d'une possible fuite.

« Sorry boy, I'm so changeable ! Je ne voulais pas vous faire peur, mais peut-être que je vous laisserais vivre après cela. J'ai bien envie de voir comment toute cette histoire va tourner. »

A ces mots, Moriarty eut un sourire de démon satisfait, attendant la réponse de son opposant.

_________________
Moriarty burns the heart out of people in #cc2400
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Science Guy
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 103
Date d'inscription : 17/10/2016
Age : 20
Localisation : Who knows ?
MessageSujet: Re: One in Black, One in White. Jeu 13 Avr - 23:13



Suite aux avertissements de Sherlock et à son sarcasme à peine dissumulé, Moriarty ne semblait pas perturber par le retournement de situation. Il était vrai, désormais, que c’était l’homme en blouse qui avait l’avantage. Mais pour combien de temps ? Combien de temps le boss Magma allait-il laisser la balle dans l’autre camp, avant de la reprendre sauvagement ? Le scientifique n’était pas naïf, il savait très bien qu’avec des criminels pareils, il avait tout intérêt de coopérer et de fermer sa bouche. Pourtant, dans le cas de l’homme en noir, c’était quelque peu différent. Bien entendu, cette personne était capable du pire comme l’avait prouvé l’explosion du gymnase. Mais d’un autre côté, Moriarty semblait apprécier l’intelligence et les petits jeux comme celui-ci, un point commun qu’il avait avec le détective aux yeux clairs. Le brun appréciait ce genre de distraction et c’était aussi le cas de l’autre personnage. Ils prenaient leur pied dans cette confrontation surprise, inédite du côté de Sherlock. Dans l’Institut où il travaillait avant, il n’y avait pas grand monde pour lui tenir tête niveau cerveau. Et la plupart du temps, l’homme aux cheveux bouclés finissait par avoir le dessus après des paroles bien choisies. C’était tout simplement ennuyeux, à tel point que plus personne n’essayait de jouer avec lui. Or là, il y avait cet homme, un peu étrange. Ce meurtrier. Bien que l’envie de lui coller un bon pain dans le visage, et même plus, était forte, le scientifique n’en était pas encore là. Il y avait d’autre chose à faire avant cela.

Mais Moriarty semblait lui aussi avoir un coup d’avance sur l’échiquier, à en juger par son attitude silencieuse. Il semblait se délecter du comportement de l’autre homme, comme s’il appréciait les piques lancées à son encontre. Dans un sens, le brun le comprenait. Il fallait apprécier les moments passés avec une autre personne intelligente. Le monde était rempli de Magicarpe tournants sans cesse dans leur bulle du quotidien. Lorsqu’il y avait un Alakazam qui se présentait, on ne laissait pas le moment disparaitre à cause d’une simple crise de nerf. Et puis Holmes, ou Strange, n’était pas quelqu’un de très émotif. Les émotions, pour lui, n’étaient que des réactions chimiques qu’il fallait apprendre à contrôler. Pourtant, l’homme était mal placé pour dire cela, lui qui était tombé bien bas à cause de ses fameux sentiments… Simplement, Sherlock ne voulait pas le reconnaitre. Il crachait sur l’amour aveugle qui poussait les gens à faire des choses insensées, mais il ne pouvait pas admettre que son addiction pour la drogue était due à un sentiment de culpabilité. Hypocrite ? Oui, vraiment. Mais l’hypocrisie était l’un des traits humains les plus présents, alors, il n’y avait pas de quoi s’en faire.

En revenant à son adversaire, le bouclé à présent châtain écoutait avec attention les mots alors prononcés. Ses yeux étaient toujours fixés sur le Boss. Alors Moriarty commença sa contre-attaque, il déplaça son pion d’échec. En effet, William avait cette interrogation : il voulait savoir ce que pouvait bien lui trouver un haut gradé comme cet escroc. Ce dernier énuméra ensuite quelques faits à propos de l’ancien professeur, qui se contenta de sourire légèrement pendant ce passage. James Moriarty semblait tellement sûr de ce qu’il avançait, comme s’il avait connu l’homme toute sa vie. Oh, bien sûr, il n’avait pas tort sur ce coup-là. Sherlock avait effectivement perdu beaucoup lors de l’explosion mais cela, il n’était pas sensé le savoir… Alors, le scientifique resta calme, attendant son tour pour répliquer. Puis l’homme en costume sombre s’approcha du brun, se permettant même de se lécher les lèvres, comme s’il était impatient de continuer sa petite « traque ». Sa voix changea même pour quelque chose de plus doux et ce comportement soudain aurait surpris n’importe quelle personne sensée. Heureusement pour lui, Holmes n’était pas particulièrement sensé. Il reste impassible, stoïque, plaça toujours son regard dans celui de l’autre. Il l’écouta parler encore une fois. Puis, Moriarty s’écarta d’un bond et Strange en profita pour se redresser. Il toisa ensuite son adversaire, baissant les yeux sur lui avec mépris. Enfin, le Boss Magma proposa d’aller partager un verre un de ces quatre, ce que le scientifique aurait poliment refusé avec un bon coup de poing, mais il ne fit rien, préférant sourire largement à la proposition. Ce sourire n’était pas anodin et ne traduisait pas non plus le fait que Sherlock accepte, c’était l’inverse. L’homme en blouse se fichait bien de la proposition de James et ne se privait pas pour le lui montrer.

La fouine reprit ensuite son flot de parole. Il faisait des gestes ridicules avec ses bras pour ponctuer ses mots, mais Holmes n’y prêtait que peu d’attention. Bien sûr, ses yeux se baladaient l’espace d’une seconde sur autre chose que le visage de Moriarty de temps en temps, afin de pouvoir prédire des mouvements par exemple. Mais il passa la plus grosse partie de l’échange à le fixer dans les yeux, montrant qu’il n’était pas effrayé par un homme comme lui. Par un criminel, un moins que rien. Néanmoins, le Magma arrêta son petit cirque à un moment et sembla réfléchir, faisant même les cents pas. Quant à Sherlock, il restait silencieux, observant la situation avec attention. Puis la fouine se mit à dire des choses qui sonnait comme un adieu, comme quand il s’apprêtait à mettre fin à une vie. Cependant, le scientifique ne fut pas surpris, pas plus que lorsqu’il vit l’homme en noir sortir un pistolet de l’une de ses poches. Trop prévisible. Il tira même un coup pour signifier à celui en blanc qu’il ne plaisantait pas. Pourtant, William Strange ne broncha pas une seule fois, toujours avec son petit sourire suffisant sur le visage. Une fois certain que son adversaire avait terminé son move, ce fut à Sherlock de déplacer son pion.

Il fit d’abord une mine déçue, leva les yeux au ciel puis désigna l’arme du Magma de la tête.

« Le pistolet, trop prévisible. Je ne vous cache pas qu’autre chose aurait été plus divertissant. »

Holmes se permit ensuite de ricaner un peu lorsqu’il repensa au visage si assuré de Moriarty lorsqu’il avait dégainé. Comme si le flingue allait faire peur à un homme tel que lui.

« Excusez-moi mais c’est drôle venant de quelqu’un comme vous. Je m’attendais à quelque chose de plus… Exotique. »

Et encore un sourire narquois. Il utilisait les propres remarques du Boss contre lui.

« Vous semblez en savoir long sur moi, alors que nous avons à peine échangé. Je pense que c’est un point commun que je partage avec vous, cette facilité à trouver des indices cachés chez les autres et à les interpréter. Mais qui vous dit que vous avez raison ? Regardez-moi. Est-ce que j’ai l’air de me préoccuper des autres, de l’éthique ? Non, vous avez dit que j’aime mon travail et c’est vrai. Et si je n’avais rien perdu et que j’étais simplement là pour avoir une couverture ? C’est vrai, j’ai fait des sciences pendant mes études. J’étais destiné à cela. C’est pourquoi je suis très bien ici, dans la Team Pendulum… On peut faire ce qu’on y veut à partir du moment où l’on travaille à côté. Nous pouvons pratiquer sur des êtres vivants sans problèmes. Tout le monde se moque du bon sens ici ! Alors non, Monsieur Moriarty. Je n’ai rien perdu dans ma vie. En fait, elle commence seulement. »

Le scientifique ne put s’empêcher d’accentuer son sourire. Qu’il perdit presque aussitôt, il était temps de passer à la suite. Place à l’action.

« Oooh, Monsieur Moriarty. »

Sherlock s’approcha de sa cible lentement, le fixant de ses yeux perçants.

« Vous avez raison sur ce point. Personne ne remarquera la disparition d’un petit scientifique tel que moi… »

Après cette remarque, le petit scientifique en question s’arrêta, il était désormais à front contre front de l’autre homme. Puis, Strange glissa sa main jusqu’à la main du Magma et l’empoigna avec force. Il le força alors à pointer son propre cœur avec le canon du pistolet.

« Allez-y. Tirez. Vous aviez raison sur un autre point : je n’attends rien de la vie. Finissez-la pour moi, voulez-vous ? »

Puis vint le sourire narquois, encore, alors que l’homme en blouse blanche ne reculait pas.

« Je savoure cet instant, mettez-y fin. Pour vous montrer à quel point je suis sérieux, vous pouvez tirer ailleurs. Dans la jambe par exemple, je n’ai pas peur de vous. Vous me tuerez ensuite si vous le souhaitez. Mais… Cette porte restera. Fermée. »

Le bouclé appréciait vraiment ce moment. L’adrénaline, le stress.

« Mais vous ne le ferez pas, n’est-ce pas ? Vous l’avez dit vous-même, Moriarty. Je vous intéresse, moi, scientifique lambda. Je suis une distraction rare que vous ne voulez pas perdre sur un simple malentendu. »

L’homme était redevenu sérieux, fixant avec intensité l’autre en costume. La petite fouine pouvait bien continuer à le menacer de cette façon, c’était inutile. Sherlock n’avait pas vraiment peur de mourir de cette façon, il savait que ce serait un gâchis pour le Chef Magma. James pouvait même lui loger des balles dans les jambes ou les bras, ce n’était vraiment pas un souci. Le Doctor Strange avait hâte de voir ce que son adversaire avait en réserve cette fois… En espérant quelque chose de plus exotique.

_________________
♦ Scientifique Pendulum ♦

Sherlock snobe en midnightblue

Recap comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Identité
Rang: Chef Team Magma
Inventaire: UNE BOMBE !!!111!
Equipe:
Chef Magma
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 61
Date d'inscription : 08/04/2017
MessageSujet: Re: One in Black, One in White. Ven 14 Avr - 0:54
Ils se faisaient face-à-face tous les deux, déterminés, devant la fameuse porte. Jamais Moriarty n'aurait pu penser qu'une porte pourrait autant l'amuser. Enfin, ce n'était pas la porte à proprement parler, mais au final ça revenait au même. La seule différence visible entre les deux hommes était que l'un portait une arme, et savait s'en servir. Il avait déjà tiré une fois le Momox, heureusement il n'y avait personne d'autre dans le couloir, à part lui, et Mister Strange.

Un bon gars celui-là. Capable de tenir tête au boss de la Team Magma, mais pas de n'importe quelle manière. Tenir tête intelligemment, c'était ça le vrai bonheur ! Et James pouvait bien s'en foutre de ce qui pouvait arriver, car William semblait très hostile à sa présence. Mais il prenait le risque, au moins il y avait du divertissement. Le businessman aimait bien voir son ennemi danser au rythme de la confrontation. A vrai dire, c'est qu'il était plutôt attirant comme ça. Et même si l'autre avait l'avantage, cela ne dérangeait nullement Moriarty, bien trop heureux de cette rencontre infortune.

Il avait bien caché son petit jeu le Strange. Hésitant aux premiers abords pour ne pas griller sa véritable identité. Celle d'un homme aussi ennuyé que James, c'était tout simplement inimaginable. Lui, Moriarty, n'était plus seul ! Il avait enfin trouvé adversaire de valeur, adversaire à sa taille. Enfin un bon moyen de s'amuser. Enfin quelque chose qui vaille vraiment la peine qu'on rit, qu'on crie, qu'on pleure, qu'on sorte une arme. A cet instant le Magma pouvait le tenir en laisse ce sale chien, mais la conversation perdrait tout intérêt.

Alors oui une arme, mais pour quoi faire donc ? Puisque en l'occurrence, le scientifique n'était guère impressionné. A la base, le pistolet n'était pas la pour cela, juste pour faire beau. Un accessoire comme un autre, pour pimenter la partie. Le requin voulait en tirer partie un maximum, bien que cela ne soit pas très « exotique », comme le disait si bien le brun. Référence évidemment au tout début de la rencontre, lorsque Moriarty avoua aimer les noms étranges et peu commun. Strange était étrange certes, et cela faisait un bon jeu de mot valant une balle en pleine tête, mais était banal. Les mots sont banals, les gens sont banals. La Vie est banale, il faut des choses nouvelles !

Cette pique déplut particulièrement à l'homme menaçant, qui ne put s'empêcher d'ouvrir la bouche en grand, sous l'effet de la surprise. Bien sûr cela n'était pas, Moriarty aimait simplement faire des mimiques. Mais l'homme en blouse continua. Ils avaient bien un point commun les deux bougres, déduire très rapidement sans savoir de l'autre. Pourtant, William posa cette question pertinente. Oui, qui disait que James était correct sur ses insinuations ? Personne, pas même lui. C'était trop ennuyeux si il fallait tout savoir de l'autre en un seul coup d'oeil. Non, à la place le fan de costume préférait jouer à la roulette russe, beaucoup plus stimulant.

Strange lança alors des hypothèses pour narguer son opposant. Si son objectif n'était pas aussi simple que d'être un scientifique au sein de la Team Pendulum, si il s'agissait en réalité d'une couverture, ce genre de chose. C'est vrai, James ne savait pas et n'avait pour ainsi dire pas envisager cette possibilité. Mais à l'heure actuelle, ce qui l'intéressait vraiment n'était pas de savoir si c'était un espion ou même le Roi d'Angleterre, mais bel et bien de satisfaire son ennemi pour qu'il continue de jouer avec lui. Moriarty sait qu'on a rien sans rien. Reconnaître son infériorité pour un peu d'amusement en échange, quel mal y avait-il à cela ?

Finalement, le mec en blouse arrêta de sourire. Quelque chose venait de traverser son esprit, James décida qu'il était plus satisfaisant de ne pas agir. Pas encore en tout cas. Voyant cela comme une opportunité d'attaque, le brun s'approcha du carnassier. Il lui attrapa la main pour pouvoir pointer aisément vers son coeur. Il disait que Moriarty pouvait shooter si l'envie lui prenait. En gage de confiance, Strange lui proposa même de tirer dans un de ses autres membres, probablement pour le faire souffrir inutilement avant de mourir. Mais dans n'importe quel cas, la porte de la pièce resterait fermée, au grand désarroi du plus vieux. Ou en fait pas vraiment.

Son attention était tout autre en ce moment même. La Team Pendulum pouvait bien aller au Diable, cela ne lui importait plus. Après tout, le scientifique venait de dire qu'il n'attendait rien de la Vie. L'hypothèse la plus plausible semblait être celle d'un désespoir certain ou un de ses dérivés. Mais avec Strange remettant en cause cette possibilité sans pour autant affirmer le vrai ou faux, il ne fallait pas compter là-dessus. Cette réaction, on ne peut plus typique des humains faibles et ignorants, ne s'appliquait pas à l'homme en face de lui. La seule autre option qui lui restait, était la sienne. Tous les deux n'attendaient rien de la Vie car il n'y avait rien à attendre des autres, de tout le monde. Ils étaient seuls comme jamais, et voilà qu'ils venaient de se trouver. How interesting.

De toute façon, le grand William connaissait déjà le prochain mouvement de son ennemi. Il était évident que Moriarty n'allait pas tuer sa toute nouvelle connaissance, ce ne serait pas très fair-play pour une première fois. Le grand scientifique avait un avantage, un atout, sur James. Il n'avait pas peur de mourir, alors qu'est-ce qui pouvait bien l'empêcher de le faire à tout moment ? Sa main était toujours sur celle du Magma, prête à déclencher la détente. A l'inverse, Moriarty n'avait aucune raison de le vouloir mort, bien au contraire. Et c'était bien cela le problème. Strange avait le chef à sa botte. Si l'autre voulait continuer à avoir du plaisir, il devait coopérer.

C'était un piège de débutant, et Momox y avait plongé la tête la première. Il s'était montré beaucoup trop intéressé, beaucoup trop impatient. Pas assez prudent sur ce coup. Il avait laissé le brun le mener en bateau et maintenant il était coincé, obliger de reconnaître sa défaite. Du moins c'est ce qu'il semblait aux premiers abords. Mais le businessman avait bien une idée en tête. Si Strange ne semblait pas avoir peur du danger, c'était aussi le cas pour Moriarty. Il savait exactement ce qu'il devait faire : Profiter de son adversaire.

Les deux hommes étaient donc très près l'un de l'autre, ayant une main sur le pistolet. James leva doucement son autre bras, faisant coucou au passage. Il souriait comme un benêt, la suite allait être drôle. D'un seul coup il empoigna fortement la main du brun, l'obligea à pivoter un peu pour orienter le canon dans une nouvelle direction, celle de son propre coeur, et tira avant que Strange ne puisse s'échapper de son étreinte.

Moriarty se mit à rire doucement et à souffler bruyamment. Il n'y avait eu qu'une balle dans le revolver, et elle avait déjà été tirée auparavant. C'était histoire de faire monter l'adrénaline, la tension. Maintenant, il rattrapait son retard. Monsieur Strange n'avait plus de coup d'avance à présent, tout comme il n'avait plus de moyen de pression sur le carnassier. Celui-ci se mit à parler, feignant le soulagement et la peur.

« Oh, quelle chance nous avons eu juste là. J'aurai pu mourir de mes mains, de votre main ! … Mais heureusement, je suis un excellent tireur. Je n'ai besoin que d'une balle pour tuer quelqu'un. Alors oui, vous avez raison Monsieur Strange, je ne vais pas vous tuer, car j'en suis tout simplement incapable ! C'est vraiment dommage, et j'espère que vous m'excuserez pour la gêne occasionnée. »

Reprenant un air un peu plus sérieux et un peu plus digne, James retoucha sa cravate en se raclant la gorge.

« Cela terminé, on peut passer à autre chose peut-être, hm ? Vous savez, cette porte ne m'intéresse plus vraiment, et l'heure qui tourne ! Tic tac tic tac, qu'est-ce qu'on s'amuse avec vous Monsieur Strange ! Je suis vraiment ravi, c'est de loin la meilleure chose que j'ai vu dans la Team Pendulum. Mais maintenant que j'y repense, j'aimerais revenir sur quelque chose. »

A ces mots, le businessman relâcha l'arme à feu dans les mains de son ennemi. Puis il entama une petite ronde autour du scientifique, longue et menaçante.

« Vous avez beau m'avoir fait comme un rat, je le reconnais, il y a une chose que vous n'avez pas bon... »

S'arrêtant derrière lui, Moriarty susurra alors à son oreille.

« Vous avez tort sur un point malheureusement. Quelqu'un remarquera la disparition d'un petit scientifique tel que vous. Et ce quelqu'un, c'est moi. Alors vous n'avez pas intérêt à me jouer un vilain tour, Monsieur Strange, ou peu importe qui vous êtes réellement. »

Cela dit, le Magma revint en face de l'homme en blouse, ouvrant grand les bras, une expression satisfaite sur le visage.

« Well, j'espère que c'est assez exotique pour vous, auquel cas je serais très choqué et déçu. »

_________________
Moriarty burns the heart out of people in #cc2400
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Science Guy
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 103
Date d'inscription : 17/10/2016
Age : 20
Localisation : Who knows ?
MessageSujet: Re: One in Black, One in White. Hier à 19:03



Sherlock restait calme, toujours avec le pistolet en main et fixant l’autre personnage avec hargne mais décontraction à la fois. Il savait que tout n’allait pas s’arrêter là. Non, Mortiarty semblait être un adversaire coriace, il était intelligent lui. Enfin ! Enfin un peu de divertissement par ici. Strange devait bien avouer qu’il s’ennuyait à mourir avec les autres scientifiques. Ils n’étaient pas bêtes, non, bien sûr que non. Mais ils n’étaient pas brillants non plus et c’était terriblement navrant. Il n’y avait rien à faire qui en valait la peine en dehors des expériences quelque peu… Contraire aux lois de la Nature. Il manquait de divertissement et le Boss Magma en était une de choix. De plus, le bouclé était également un sujet à étudier pour l’homme d’affaire, ils n’allaient pas se lâcher de sitôt. Bonne nouvelle, ou pas. Sherlock jouait avec le feu, avec le volcan brûlant. Mais c’était divertissant. Le brun renouait un peu avec ses vices qu’il essayait de supprimer avec difficulté. La drogue, c’était dangereux. Mais si bon, si intéressant. Moriarty ? C’était du pareil au même. Une drogue, voilà. Alors Holmes était impatient d’en savoir plus. Il vouait une haine sans nom contre cet homme, mais paradoxalement, il avait besoin de son aura et de sa répartie. Oui, Sherlock venait de se trouvait un venin puissant et addictif…

Le Boss n’en resta donc pas là. Il salua de sa main libre le scientifique. Ce dernier détourna légèrement ses yeux clairs de ceux sombres de l’autre homme en voyant cela. Cependant, cela ne fit ni chaud ni froid à William. Il attendait déjà la suite. Soudainement, l’autre brun recouvrit la main pâle du Pendulum et en une fraction de seconde, il avait déjà compris le plan de son adversaire. Le cœur de Sherlock se mit à battre la chamade, Moriarty avait l’intention de retourner l’arme contre lui ! C’était un plan idiot mais le personnage était tellement imprévisible que s’en était effrayant. Holmes essaya de résister comme il le pouvait mais l’effet de surprise eut raison de ses efforts. L’homme juste en face de lui parvint à actionner la détente et le pistolet tira… A vide. Forcément. Tout cela pour la surprise, l’adrénaline. L’homme savait jouer comme le faisait le scientifique. C’était… Captivant. Bien évidemment, le Magma n’allait pas en rester là. Sherlock avait eu peur, ne serait-ce qu’un peu, de perdre un sujet intéressant. Cela, Mortiarty le savait, il pouvait le sentir. Pourtant, le bouclé était resté aussi neutre que possible mais c’était ainsi. La synergie était telle qu’ils pouvaient lire comme dans un livre ouvert l’un dans l’autre.

Le chef de Team se vanta donc de son talent de tireur, après une remarque inutile. Il expliqua ensuite à Strange qu’il avait raison, il ne pouvait pas le tuer. Humf. Puis l’homme d’affaire reprit un peu de sérieux et rajusta sa cravate si parfaite il y avait de cela quelques minutes. Moriarty voulait passer à autre chose, laissant même la porte de côté. Il complimenta, ou non, Holmes et décréta que l’homme aux yeux bleus était la chose la plus intéressante qu’il avait vu dans la Pendulum. Tant mieux pour lui. Mais Sherlock devait bien avouer la même chose de son côté. Ce Momox était décidemment bien plus digne d’intérêt que les autres personnes ici… Mise à part peut-être le chef Pendulum, mais ui, c’était un cas à part. L’attitude du Boss changea et il se mit à tourner autour du scientifique comme un prédateur, lui laissant l’arme.

Apparemment, Sherlock avait tort sur un point. Mortiarty s’arrêta dans son dos, et avant même que le bouclé ne puisse se retourner par précaution, l’autre vint lui susurrer quelque chose à l’oreille. Le Pendulum eu du mal à réprimer un frisson mais il y parvint finalement et se concentra sur les paroles de l’autre être intelligent. Est-ce que le Magma insinuait que son petit scientifique n’avait pas le droit de fuir ? Ou de mourir ? Pour son bon vouloir ? Hm, c’était surement cela. Holmes n’ajouta rien et se contenta de rester droit, attendant que l’autre homme revienne en face de lui. Le brun aux cheveux courts s’enquit ensuite de l’avis du plus grand. Avis qui ne tarda pas à tomber, froid comme la glace.

« Moui. C’est pas mal. Avec vous, je ne savais pas s’il restait une balle. Mais j’aurais dû réfléchir un peu plus. Un chef comme vous, mettre fin à sa vie comme cela ? Pour prouver quelque chose à un malheureux homme de science ? Non, ça n’a pas de sens. »

Mais Holmes n’en avait pas encore terminé. Il s’approcha une nouvelle fois de son adversaire, le toisa du regard et glissa un sourire en coin sur son visage.

« Vous dites que vous ne ratez jamais votre cible et qu’une balle suffit… Je pense qu’il faudra revoir cette affirmation maintenant que nous nous connaissons. Vous savez, juste au cas où la balle manquerait sa cible avec moi… Pour des raisons que ne regarde que vous bien évidemment. »

L’insinuation était subtile mais nul ne doute que Moriarty pouvait la déceler.

« Autrement, si vous voulez entrer… Je peux faire une exception. Faites-moi rêver, Boss Magma ! Dites-moi des choses qui m’impressionnent. Dites-moi des choses qui font plaisir à mon intellect. Et vous aurez le droit d’accéder aux secrets de la Team Pendulum… »

Tel un serpent vicieux, le bouclé se faufila derrière l’autre homme, se posta près de la porte. William Strange observa ensuite la porte en question avec avidité, en espérant que cela donnerait encore plus envie au chef d’en savoir plus.

« La balle est dans votre camp, Monsieur Moriarty. »

_________________
♦ Scientifique Pendulum ♦

Sherlock snobe en midnightblue

Recap comptes:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: One in Black, One in White.
Revenir en haut Aller en bas
One in Black, One in White.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» 05. Black Sins and White Vertus...
» Black and White [Mickey ][Fin]
» Can't Blame White People.
» Nuzlocke Volt White
» Nuzlocke Volt White (ou comment faire mieux que le noob07)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokémon OveRevolution :: Lieux RP: Importants :: Planque Ligue Neo-
Sauter vers: